Old Harry: la CAQ veut voir «l'entente secrète» d'Hydro

François Bonnardel... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

François Bonnardel

photo archives La Voix de l'Est

Partager

(QUÉBEC) Alors que la première évaluation environnementale sur le gisement Old Harry est sur le point d'être terminée, la Coalition avenir Québec (CAQ) presse le gouvernement péquiste de dévoiler «l'entente secrète» d'Hydro-Québec.

En 2003, la société d'État a conclu une entente avec l'entreprise néo-écossaise Corridor Resources. Elle a obtenu les permis d'exploration de ce gisement, qui se chevauche la frontière entre Québec et Terre-Neuve dans le golfe du Saint-Laurent.

Selon cette entente, Hydro-Québec pourrait «payer jusqu'à 50% des frais de forage, mais recevoir un minimum (de 19% à 40%) des redevances sur les profits», dit le député caquiste François Bonnardel. Hydro-Québec pourrait aussi devoir payer 500 000$ pour avoir droit aux redevances sur les profits.

«Est-ce qu'on a des indications qu'Hydro-Québec pourrait peut-être revoir cette entente ou vendre ses parts là-dedans?», a lancé M. Bonnardel à la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.

Dans la portion terre-neuvienne du gisement, des relevés sismiques ont déjà commencé. Il y a toutefois encore un moratoire en ce qui concerne la portion québécoise. Une étude environnementale stratégique sur le golfe doit être remise d'ici à la fin de l'année, a rappelé Mme Ouellet.

Une autre sur le gisement devrait suivre. La ministre veut examiner ces études avant de parler de l'entente. «Le golfe du Saint-Laurent, a-t-elle dit en Chambre, est un milieu encore plus sensible que le golfe du Mexique, donc il faut s'assurer que l'exploitation du pétrole qu'on y fera pourra se faire de façon responsable, sans dommage à l'environnement et en respectant les collectivités qui sont alentour. On pense plus particulièrement aux Îles-de-la-Madeleine. Donc, une étape à la fois.»

Québec a conclu en mars 2011 une entente avec le fédéral pour avoir le droit d'exploiter le gisement. Des lois miroirs sont en préparation pour y donner suite. Québec doit aussi s'entendre avec Terre-Neuve, qui ne reconnaît pas la frontière maritime qui sépare le gisement.

Le chef de la CAQ, François Legault reproche à la première ministre Pauline Marois de ne pas avoir organisé une rencontre à ce sujet avec son homologue terre-neuvienne la semaine dernière lors du Conseil de la fédération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer