Charest est le champion de la dette, accuse l'opposition

Alain Simard et Nicolas Marceau, du Parti québécois.... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Alain Simard et Nicolas Marceau, du Parti québécois.

Photo Robert Skinner, La Presse

Tommy Chouinard
La Presse

(Québec) Le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) sont unanimes: Jean Charest est le champion de la dette. Ils l'accusent de refiler aux générations futures la facture de sa lutte contre le déficit zéro.

Le PQ estime que la dette est «hors de contrôle» et «augmente de façon effarante» pour atteindre 192 milliards. «M. Charest à lui seul est responsable de 33% de la dette du Québec», a affirmé le député péquiste et porte-parole en matière de finances, Nicolas Marceau.

Selon son collègue Sylvain Simard, le retour à l'équilibre budgétaire se fait «aux dépens des générations futures». Bien des dépenses du gouvernement sont «pelletées» à la dette, a-t-il déploré.

Selon le chef de la CAQ, François Legault, «il y a un éléphant dans la pièce: c'est l'explosion du service de la dette». Le paiement des intérêts sur la dette augmente de 9,4% et atteint 10,4 milliards. «On va frapper un mur. On doit se préparer à des lendemains difficiles pour nos enfants et nos petits-enfants», a-t-il lancé.

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, croit que le gouvernement fait fausse route en voulant réduire le déficit «trop rapidement». La classe moyenne en paie le prix, tandis que les services publics sont «fragilisés», a-t-il déploré.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer