L'UPAC examine le dossier des garderies

Le chef de l'Unité permanente anticorruption, Robert ... (Photo: Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Le chef de l'Unité permanente anticorruption, Robert Lafrenière.

Photo: Alain Roberge, La Presse

(Québec) Préoccupé par les constats du Vérificateur général, le Commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, a décidé de se pencher sur l'attribution de 18 000 places subventionnées en garderie en 2008. Il «examine les suites que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) pourrait donner» au rapport du Vérificateur général Renaud Lachance.

«L'intégrité du système public est au coeur de mon mandat de Commissaire à la lutte contre la corruption. Les constats du vérificateur général sont suffisamment préoccupants pour que je demande à mon équipe d'amasser et d'analyser les informations pertinentes pour déterminer s'il y a ou non matière à enquête dans le cadre de la Loi concernant la lutte contre la corruption», affirme le commissaire Robert Lafrenière dans un communiqué émis en fin d'après-midi jeudi.

Dans son rapport déposé mercredi à l'Assemblée nationale, le vérificateur général Renaud affirme que le processus d'attribution des places en 2008 a manqué de rigueur  et «a laissé une grande place à la subjectivité».  Michelle Courchesne, aujourd'hui présidente du Conseil du Trésor, était ministre de la Famille à l'époque.

Selon le Vérificateur général, elle est allée à l'encontre de l'avis de ses fonctionnaires pour 21% des projets qu'elle a retenus, ce qui représente 85 projets ayant obtenu 3700 places. Et à l'inverse, elle a rejeté des projets totalisant 3500 places qui étaient recommandés par ses fonctionnaires.

Québec a rendu public mercredi la liste des 85 projets de CPE et de garderies privées rejetés par les fonctionnaires mais tout de même choisis par Mme Courchesne. La Presse avait déjà relevé une dizaine de projets provenant de donateurs libéraux. Or lors de la période des questions jeudi, le député péquiste Nicolas Girard a indiqué que des 38 projets de garderies privées retenus, les deux tiers, 25, provenaient de donateurs libéraux.

Le PQ estime que 42 donateurs libéraux sont liés aux 25 projets. Ils ont versé au total 292 480$ à la caisse du Parti libéral entre 2003 et 2008. Par exemple, Michelle Courchesne a donné le feu vert à deux projets de garderies liés aux frères Cola, qui étaient propriétaires de l'abattoir Colbex et qui ont donné, avec des membres de leur famille, 141 500$ au PLQ. Dans sa compilation, le PQ inclut également un projet dans Lanaudière dont le promoteur n'a versé que 210$ au PLQ. On parle toutefois de dons totalisant plusieurs milliers de dollars pour la majorité des 25 projets. Autre cas: Joe Magri, ami d'enfance de Tony Tomassi, expulsé du caucus libéral l'an dernier. M. Magri a obtenu l'autorisation de Mme Courchesne pour deux projets totalisant 130 places. Dans les Laurentides, les quatre projets choisis par la ministre venaient de promoteurs ayant contribué à la caisse électorale du PLQ, a affirmé M. Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer