Jagmeet Singh condamne toute forme de terrorisme, peu importe la cause

Jagmeet Singh se décrit comme «un défenseur de la... (Photo Justin Tang, La Presse canadienne)

Agrandir

Jagmeet Singh se décrit comme «un défenseur de la paix et des droits de la personne».

Photo Justin Tang, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le chef du NPD Jagmeet Singh dit condamner toute forme de terrorisme, peu importent les responsables.

Dans une déclaration publiée sur le portail web du parti, Jagmeet Singh justifie sa participation à un rassemblement tenu en juin 2015 en Californie. Un événement annuel présenté comme une commémoration de la mort de 10 000 sikhs lors de l'invasion du Temple d'Or en 1984, mais qui représente pour certains une marque de soutien envers le mouvement séparatiste sikh.

Jagmeet Singh se décrit comme «un défenseur de la paix et des droits de la personne» depuis longtemps. S'il encourage les sikhs à laisser sortir leurs émotions de douleur et de colère en lien avec la tragédie de 1984, qu'il qualifie de génocide, M. Singh met en garde de «ne pas tomber dans le piège de la rage et de la violence».

«Je condamne tous les actes de terrorisme partout dans le monde, peu importe qui les commet et qui en sont les victimes. Le terrorisme ne peut jamais être envisagé comme une façon de faire progresser la cause d'un groupe ou d'un autre», écrit-il.

Selon sa déclaration, il raconte que sa réaction personnelle à l'attentat a été «de faire (sienne) (son) identité, de travailler encore plus fort pour les droits de la personne, et pour ne pas permettre que les voix des personnes marginalisées soient réduites au silence».

Cette déclaration du chef du NPD fait suite à un reportage publié dans le quotidien The Globe and Mail concernant le rassemblement de 2015 à San Francisco. Elle survient aussi dans le contexte de relations tendues entre l'Inde et le Canada, notamment en raison des inquiétudes persistantes des Indiens qui accusent le gouvernement du Canada de tolérer le séparatisme et l'extrémisme sikhs plutôt que de les dénoncer.

La récente visite du premier ministre Justin Trudeau en Inde s'est transformée en un embarras diplomatique plutôt qu'en effort de réconciliation, malgré les progrès réalisés par M. Trudeau en condamnant publiquement l'extrémisme et en signant un «Cadre bilatéral de coopération pour la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent».




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer