Canadien mort en Iran: une sénatrice appelle adopter la ligne dure

La sénatrice Linda Frum.... (ARCHIVES PC)

Agrandir

La sénatrice Linda Frum.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Une sénatrice conservatrice dénonce le gouvernement libéral pour sa réaction timide après la mort d'un professeur canado-iranien dans une prison de l'Iran.

Selon l'agence de presse semi-officielle iranienne ILNA, les élus iraniens ont confirmé que Kavous Seyed-Emami s'était enlevé la vie en prison et qu'une partie du drame avait été filmé par les caméras de surveillance.

Alaeddin Boroujerdi, président du comité parlementaire sur la sécurité nationale et la politique étrangère en Iran cité par l'agence, a affirmé que la famille du défunt professeur avait «accepté» la thèse du suicide. Celle-ci n'aurait pas réclamé d'autopsie.

Omar Alghabra, secrétaire parlementaire pour les Affaires consulaires canadiennes, a écrit sur Twitter que le gouvernement canadien était «préoccupé» quant aux circonstances du décès, ajoutant que le Canada avait «demandé» des explications à l'Iran.

Cette déclaration a provoqué l'ire de la sénatrice Linda Frum, qui a jugé que le gouvernement devrait être «outré» et non seulement inquiet.

Selon elle, le Canada devrait exiger que le corps de la victime soit rapatrié.

D'après l'agence semi-officielle Fars, qui cite un autre parlementaire, Hossein Naghavi Hosseini, il serait clair que le professeur a commis un suicide.

Mais la sénatrice Frum n'en croit pas un mot.

«Évidemment, nous ne pouvons donner aucune crédibilité à cela», a-t-elle soutenu en entrevue. La prison d'Evin, où M. Seyed-Emami était détenu, est un endroit tristement célèbre où il est impossible de s'enlever la vie, selon elle.

«Vous n'êtes pas en contrôle de votre propre vie lorsque vous êtes dans la prison d'Evin. Le fait que le professeur soit mort en prison, selon moi, signifie qu'il a été tué, et que c'est la seule chose qui puisse lui être arrivée là-bas.»

Samedi, le procureur de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi, a annoncé l'arrestation de plusieurs personnes soupçonnées d'espionnage sous la couverture de projets scientifiques ou environnementaux.

Le premier ministre Justin Trudeau avait promis pendant la campagne électorale de 2015 de rétablir les relations diplomatiques avec l'Iran, mais un soulèvement soudain dans le pays survenu à la fin de l'année dernière a poussé les partis de l'opposition à demander au gouvernement de reconsidérer sa décision.

La sénatrice croit que le gouvernement Trudeau devrait réclamer une autopsie indépendante.

«Si ce n'est pas fait, je crois qu'ils devraient présumer qu'il s'agit là d'un autre Canadien qui a été assassiné dans la prison d'Evin.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer