Vacances chez l'Aga Khan: Justin Trudeau fait son mea culpa

Le premier ministre Justin Trudeau et l'Aga Khan,... (Photo Sean Kilpatrick, archives PC)

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau et l'Aga Khan, photographiés en mai 2016, au Parlement.

Photo Sean Kilpatrick, archives PC

(Ottawa) Justin Trudeau a fait son mea culpa moins de deux heures après que la commissaire à l'éthique et aux conflits d'intérêt Mary Dawson eut décrété que le premier ministre a violé la Loi sur les conflits d'intérêt en passant ses vacances familiales à l'île privée de l'Aga Khan l'an dernier.

Rencontrant les journalistes dans le foyer de la Chambre des communes, le premier ministre a affirmé qu'il accepte les conclusions de la commissaire et qu'il fera preuve de prudence à l'avenir en s'assurant de faire approuver ses vacances familiales par le bureau du commissaire.

«Le rapport indique clairement que j'aurais dû prendre des précautions et faire approuver à l'avance mes vacances en famille et mes interactions avec l'Aga Khan. Je suis désolé de ne pas l'avoir fait et à l'avenir je vais faire approuver mes vacances en famille par le bureau du commissaire. J'ai toujours considéré l'Agan Khan comme un ami proche de la famille. C'est pourquoi je n'ai pas fait approuver ce voyage en famille. Mais vu le rapport du commissaire, je prendrai toutes les précautions à l'avenir», a dit M. Trudeau dans une déclaration à la presse.

Dans un rapport de près de 80 pages rendu public aujourd'hui, Mme Dawson conclut que les vacances en famille de M. Trudeau constituent des cadeaux au sens des régimes en matière de conflit d'intérêts. M. Trudeau devient ainsi le premier chef de gouvernement à faire l'objet d'un verdict de culpabilité par le commissaire à l'éthique.

M. Trudeau s'est rendu en compagnie de sa famille à l'île privée de l'Aga Khan pour passer des vacances du 26 décembre 2016 au 4 janvier 2017. Il a aussi accepté des vacances sur l'île pour lui et sa famille en décembre 2014, et les membres de sa famille et leurs invités s'y sont également rendus en mars 2016.

Justin Trudeau avait été vertement attaqué par les partis d'opposition pour ce voyage d'autant plus que cela a entraîné des dépenses de quelque 215 000 $ pour les contribuables. M. Trudeau s'est toujours défendu en soutenant que l'Aga Khan est un vieil ami de sa famille.

Dans sa décision rendue après une enquête de près d'un an, Mme Dawson affirme que M. Trudeau, en sa qualité de premier ministre, a enfreint la règle sur les cadeaux et autres avantages énoncée à l'article 11 de la Loi sur les conflits d'intérêts

«Au moment où M. Trudeau, en tant que premier ministre, a accepté le cadeau d'hospitalité de l'Aga Khan et utilisé l'île privée de ce dernier en mars et en décembre 2016, des rapports officiels étaient en cours avec l'Aga Khan, et la Fondation Aga Khan Canada était enregistrée à titre de lobbyiste auprès de son cabinet. Par conséquent, les vacances acceptées par M. Trudeau et sa famille pourraient raisonnablement donner à penser qu'elles ont été offertes pour l'influencer dans l'exercice de sa charge de premier ministre», a affirmé Mme Dawson dans sa décision.

Mme Dawson, qui quitte ses fonctions sous peu et sera remplacée par Mario Dion, a noté qu'il existe une exception dans la Loi pour les cadeaux offerts par la famille et les amis, mais elle ne s'applique pas au cas présent puisque la commissaire a déterminé que M. Trudeau et l'Aga Khan ne sont pas des amis au sens de la Loi.

Selon la commissaire Dawson, M. Trudeau a également enfreint l'article 21 de la Loi pour avoir omis de se récuser concernant des discussions qui lui fournissaient la possibilité de favoriser les intérêts personnels des institutions de l'Aga Khan, et l'article 5 pour avoir omis de gérer ses affaires personnelles de manière à éviter d'avoir cette possibilité.

Elle a toutefois conclu que M. Trudeau, en tant que député de Papineau, n'avait pas enfreint le Code régissant les conflits d'intérêts des députés, auquel est assujetti M. Trudeau en sa qualité de député.

«Le paragraphe 14(1) du Code des députés interdit à tout député d'accepter des cadeaux ou d'autres avantages qui pourraient raisonnablement donner à penser qu'ils ont été donnés pour l'influencer dans l'exercice de sa charge de député. J'ai conclu que M. Trudeau n'a pas enfreint cette disposition puisqu'il n'a jamais discuté d'affaires de la Chambre des communes avec l'Aga Khan ou avec l'un de ses représentants, et qu'aucun élément de preuve n'indique que M. Trudeau aurait participé à des débats ou à des votes à la Chambre des communes concernant l'Aga Khan ou ses institutions», a-t-elle soutenu.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer