Violences faites aux femmes: Trudeau demande aux hommes de se lever

Justin Trudeau a exhorté les hommes à se lever... (Photo La Presse canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau a exhorté les hommes à se lever pour défendre les droits des femmes, à dénoncer la violence et à promouvoir le leadership des femmes dans toutes les sphères de notre société.

Photo La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau estime que les hommes doivent en faire plus pour mettre fin à la violence contre les femmes.

Selon lui, cette violence est une atteinte aux droits de la personne. Il ajoute que les hommes doivent «se tenir responsables entre eux» pour éliminer des comportements qui briment les femmes.

Il a exhorté les hommes à se lever pour défendre les droits des femmes, à dénoncer la violence et à promouvoir le leadership des femmes dans toutes les sphères de notre société.

M. Trudeau a aussi souligné que la violence fondée sur le sexe «touche de manière différente et disproportionnée les plus vulnérables, notamment les femmes transgenres, les femmes autochtones, les femmes de couleur, les femmes à faible revenu, les femmes réfugiées ou déplacées et d'autres».

Le cabinet du premier ministre a publié samedi cette déclaration à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Cette déclaration fait écho aux nombreuses dénonciations d'agressions ou d'inconduites sexuelles dans plusieurs secteurs de l'activité humaine comme le cinéma et les arts.

«Pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe, nous devons transformer notre culture qui dévalorise les femmes et nie leur voix. Ensemble, nous devons remettre en question les préjugés et les inégalités qui permettent à la violence de se perpétuer. (...). Pour changer cette réalité, nous devons activement chercher à entendre la voix et les besoins des femmes, surtout celles qui se retrouvent les plus en marge de la société», a déclaré le premier ministre.

Cette semaine, des représentants de 16 organisations, dont le syndicat des acteurs canadiens ACTRA, l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision ainsi que la Guilde canadienne des réalisateurs, se sont réunis avec un modérateur et quelques avocats, jeudi, afin de discuter de harcèlement sexuel, de discrimination, d'intimidation et de violence à l'occasion d'une rencontre de cinq heures qui s'est déroulée derrière des portes closes à Toronto.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer