Denis Coderre ne doit pas s'attendre à une offre d'Ottawa

Denis Coderre... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Denis Coderre

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Défait aux élections municipales de Montréal dimanche soir, l'ex-maire Denis Coderre ne doit pas s'attendre à se faire offrir une bouée de sauvetage des libéraux de Justin Trudeau à Ottawa.

Des sources libérales fédérales interrogées hier dans la foulée de la défaite de Denis Coderre après un seul mandat à la mairie de Montréal ont montré peu d'intérêt à revoir l'ancien ministre de l'Immigration dans le gouvernement de Jean Chrétien reprendre du service dans la capitale fédérale.

Ces sources ont notamment tenu à souligner que Denis Coderre, alors qu'il était lieutenant politique de l'ancien chef libéral Michael Ignatieff, avait créé de vives blessures au sein du parti en 2009 quand il avait accusé des libéraux influents de Toronto de vouloir contrôler l'aile québécoise du Parti libéral du Canada. Il avait alors décidé de démissionner de son poste en guise de protestation.

« Denis Coderre a démontré qu'il n'est pas un joueur d'équipe. Il veut être le boss. C'est pour cela qu'il a quitté la politique fédérale en 2013 pour devenir maire de Montréal. Je vois mal comment il pourrait revenir ici », a indiqué une source libérale qui a tenu à conserver l'anonymat.

Dans les rangs libéraux, on souligne aussi que la sortie de Denis Coderre contre l'establishment torontois il y a environ une décennie est l'un des facteurs qui ont convaincu les proches collaborateurs de Justin Trudeau d'abolir le poste de lieutenant politique du Québec. En formant son cabinet, après son arrivée au pouvoir en 2015, M. Trudeau a en effet mis fin à la longue tradition de s'adjoindre les services d'un ministre lieutenant québécois pour l'aider à gérer les dossiers québécois.

« Ce poste est devenu un problème difficile à gérer », avait-on fait valoir à l'époque.

Pas d'ouverture au sénat

Les chances que M. Coderre se fasse offrir un poste au Sénat sont aussi quasi inexistantes. D'abord, il n'y a pas siège vacant du Sénat au Québec. Ensuite, M. Trudeau a mis sur pied une nouvelle formule pour nommer des sénateurs qui exclut les nominations dites partisanes.

Une autre source libérale a indiqué que Denis Coderre, s'il veut reprendre du service en politique après son passage à la mairie de Montréal, devrait jeter un coup d'oeil vers l'Assemblée nationale. Des élections provinciales doivent avoir lieu au Québec dans un an.

« S'il doit y avoir une course au leadership au Parti libéral du Québec dans un proche avenir, je suis convaincu que Denis Coderre sera candidat. Dimanche soir, il a dit que sa carrière politique sur la scène municipale était terminée. Mais il n'a pas dit que sa carrière politique tout court était terminée », a lancé cette source libérale.

Denis Coderre devrait faire le point sur sa vie politique durant une conférence de presse demain.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer