«Barbie du climat»: la ministre de l'Environnement hausse le ton

La ministre a exhorté un média à s'engager... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre a exhorté un média à s'engager à cesser d'employer le surnom de «Barbie du climat», car de nombreuses jeunes filles ont envie de faire de la politique et que c'est inacceptable d'utiliser un tel sobriquet.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a confronté un journaliste du site internet de droite «The Rebel», vendredi, exigeant qu'il s'engage à ce que son média cesse de la traiter de «Barbie du climat».

La discussion a eu lieu durant une conférence de presse après une rencontre avec les ministres de l'Environnement des provinces et des territoires à Vancouver.

Christopher Wilson s'est présenté comme un journaliste de «The Rebel» et a posé une question à la ministre Mckenna sur la position du gouvernement fédéral concernant le rôle de l'hydroélectricité en tant qu'énergie propre.

Catherine McKenna a répondu en demandant au reporter s'il travaillait pour le même «Rebel» qui la traite de «Barbie du climat».

Le journaliste a mentionné qu'il ne l'avait jamais personnellement appelée par ce surnom.

Vérification faite, le journaliste a utilisé au moins deux fois l'expression sur son fil Twitter pour décrire la ministre et aussi lors d'un article qu'il a signé au mois de janvier dernier.

La ministre a exhorté le média à s'engager à cesser d'employer ce surnom, car de nombreuses jeunes filles ont envie de faire de la politique et que c'est inacceptable d'utiliser un tel sobriquet.

Le journaliste a indiqué qu'il s'engageait à ne plus la traiter de «Barbie du climat» toutefois, il ne pouvait pas garantir que le média pour lequel il travaille respectera le souhait de la ministre.

Christopher Wilson a ensuite accusé Catherine McKenna d'avoir interdit à l'un des correspondants du controversé média d'assister à une conférence sur le climat qui aura lieu bientôt, ce que la ministre a démenti, déclarant qu'elle avait écrit une lettre invitant «The Rebel» à assister à la conférence afin d'en apprendre davantage sur les changements climatiques.

Christopher Wilson a répliqué qu'il trouve inacceptable que la ministre Mckenna dénigre les gens qui remettent en question les changements climatiques en les qualifiant de «négationnistes» avec «toute la connotation liée au déni de l'Holocauste».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer