Catalogne: Trudeau se garde toujours de réagir directement à la situation

Le refus du gouvernement fédéral de condamner le... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le refus du gouvernement fédéral de condamner le gouvernement espagnol a été vigoureusement critiqué par le Bloc québécois et le NPD.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Justin Trudeau réprouve «toute violence» et espère «la paix». Mais toujours pas question de condamner la répression exercée par les policiers de la garde civile envoyés par Madrid pour empêcher les Catalans d'exercer leur droit de vote, dimanche dernier.

«Évidemment, nous condamnons toute violence, nous appelons à la paix et à la stabilité», a-t-il offert mardi après-midi lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec ses homologues provinciaux et territoriaux.

Le premier ministre, à qui l'on avait demandé qui était selon lui à blâmer pour ces dérapages qui ont fait des centaines de blessés, a de encore une fois refusé d'aller plus loin.

«Comme j'ai dit plusieurs fois, je ne veux pas commenter sur des processus internes à d'autres pays sur des questions de souveraineté», a-t-il tranché.

À ses côtés, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a fait valoir que «tout le monde condamne la violence» et qu'il «n'y a pas d'ambiguïté là-dessus».

Il a réitéré que la solution au conflit opposant le gouvernement central espagnol et le gouvernement régional catalan se devait d'être «politique», plaidant qu'au Canada, «on a réussi à avoir ce dialogue difficile, délicat dans des conditions pacifiques».

«L'enjeu qui est là devant nous, c'est le même enjeu qu'on connaît ici au Québec et au Canada, c'est l'enjeu de faire coexister une identité nationale forte dans un ensemble plus grand», a exposé M. Couillard.

Le refus du gouvernement fédéral de condamner le gouvernement de Mariano Rajoy a été vigoureusement critiqué par le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD) depuis les heurts survenus dimanche en territoire catalan.

Les deux formations ont accusé Justin Trudeau et sa ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, de se réfugier dans un silence qualifié de «complice».

De tels reproches ont aussi fusé sur les médias sociaux et dans certaines tribunes médiatiques.

Si on peut déplorer cette absence de condamnation «sur le plan moral», il n'en demeure pas moins que sur le plan politique, «ce n'est pas très étonnant», car le gouvernement Trudeau ne fait qu'appliquer rigoureusement les règles du jeu géopolitique mondial, selon le directeur du Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM), Frédéric Mérand.

«On peut, comme citoyen, déplorer que son gouvernement ne prenne pas des positions plus, disons, ambitieuses en matière de défense des droits de la personne au niveau international, mais on ne peut que constater que c'est la norme dans les relations internationales que les États ne s'ingèrent pas dans les affaires internes d'un autre État», a-t-il résumé.

Et ce, à plus forte raison dans le cas de la Catalogne, «lorsqu'il s'agit de gestes qui seraient forcément instrumentalisés par les indépendantistes catalans». Cela explique aussi pourquoi les gouvernements des États membres de l'Union européenne sont, eux aussi, silencieux sur la question.

«La plupart des gouvernements l'interprètent comme une stratégie de la part du gouvernement indépendantiste catalan d'internationalisation du conflit avec Madrid, a analysé Frédéric Mérand. Sur le plan politique, c'est très difficile pour un État comme la France, disons, de se porter à la défense d'un gouvernement sécessionniste chez son voisin.»

Même s'il est lui aussi d'avis qu'en refusant de savonner Madrid, le Canada suit la «règle de base» de non-intervention dans les affaires intérieures d'un autre pays, l'ex-diplomate canadien Ferry de Kerchove juge qu'il aurait «au moins fallu déplorer la violence policière».

«Après tout, dans d'autres pays qui sont peut-être un peu plus loin, on les déplore facilement, a-t-il ajouté. Quand c'est loin de chez nous, on est beaucoup plus tenté de déplorer», a suggéré au téléphone le professionnel en résidence à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa.

«Est-ce que c'est un manque de courage? Est-ce que c'est un manque d'objectivité? D'après moi, c'est très simple de dire qu'on ne récuse pas la décision du gouvernement Rajoy d'avoir interdit le référendum, mais on déplore le comportement de la police», a ajouté celui qui a travaillé pendant près de quatre décennies pour le service extérieur canadien.

«Mais qu'est-ce que vous voulez, les gouvernements sont toujours un peu plus timides que les critiques», a conclu M. de Kerchove, qui a notamment été ambassadeur du Canada en Indonésie et en Égypte.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer