Neutralité religieuse: motion du Bloc adoptée à l'unanimité aux Communes

Les députés de la Chambre des communes ont adopté à l'unanimité une motion du... (PHOTO Sean Kilpatrick, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO Sean Kilpatrick, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mylène Crête
La Presse Canadienne
OTTAWA

Les députés de la Chambre des communes ont adopté à l'unanimité une motion du Bloc québécois déposée jeudi en réaction à la sortie d'un ministre fédéral contre le projet de loi du gouvernement Couillard sur la neutralité religieuse de l'État.

Cette motion reconnaît le droit de la province à légiférer comme elle l'entend «sur toute question touchant ses champs de compétences».

Le ministre Navdeep Bains avait affirmé la veille qu'il s'opposait au projet de loi 62 présentement à l'étude à l'Assemblée nationale parce qu'il était contraire, selon lui, aux principes de la Charte canadienne des droits et libertés.

Le bureau du premier ministre Justin Trudeau avait préféré ne pas s'immiscer dans le débat québécois.

Le gouvernement du Québec pourra ainsi adopter ce projet de loi sans craindre une contestation judiciaire de la part du fédéral, selon le député bloquiste Gabriel Ste-Marie.

Le projet de loi 62 a récemment soulevé la controverse à Ottawa après que les candidats à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD) eurent exprimé leur désaccord.

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, a dénoncé lundi ce qu'elle perçoit comme la montée de la gauche religieuse au sein de ce parti.

Elle attaquait ainsi la position de Jagmeet Singh, considéré comme le meneur de la course à la direction du NPD, sur ce projet de loi québécois. M. Singh, de religion sikhe, estime qu'il brime les libertés individuelles.

Il avait déjà affirmé dans une entrevue accordée au Huffington Post à la fin du mois d'août qu'il serait prêt à soutenir des groupes qui le contesteraient, mais avait par la suite nuancé ses propos en spécifiant qu'il n'utiliserait pas de fonds fédéraux pour ce faire.

Sa rivale Niki Ashton a dit qu'elle contesterait le projet de loi 62 si elle devenait première ministre parce qu'elle le juge contraire aux principes de la Charte canadienne des droits et libertés.

Guy Caron, le seul candidat québécois, a déjà signalé qu'il respecterait l'autonomie du Québec et ne s'ingérerait pas dans ses affaires législatives, malgré son désaccord avec le projet de loi 62.

Charlie Angus, quant à lui, avait évité de se prononcer en affirmant que le débat sur la laïcité de l'État au Québec débouchera sur une position équilibrée.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer