Harper a contribué au déclin du mouvement souverainiste, dit un ex-bras droit

L'ancien premier ministre du Canada Stephen Harper... (PHOTO Jonathan Hayward, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'ancien premier ministre du Canada Stephen Harper

PHOTO Jonathan Hayward, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) L'ancien premier ministre Stephen Harper a-t-il contribué au déclin du mouvement souverainiste au Québec, et par ricochet, à la perte de vitesse du Bloc québécois, en utilisant la stratégie du « désengagement constitutionnel » ? Sans l'ombre d'un doute, soutient un ancien proche collaborateur, Carl Vallée, qui a été aux premières loges des décisions du gouvernement Harper en matière d'unité nationale.

Alors que des élections provinciales auront lieu au Québec en 2018, les leaders des formations politiques oeuvrant sur la scène fédérale auraient intérêt à prendre bonne note du succès qu'a obtenu Stephen Harper dans ce dossier, selon Carl Vallée.

Dans une longue analyse publiée aujourd'hui sur le site du magazine L'Actualité, M. Vallée explique que dans les jours suivant la victoire du Parti québécois en 2012, la machine bureaucratique fédérale se préparait à une nouvelle crise d'unité nationale. Les mandarins fédéraux avaient alors préparé une série de recommandations visant à démontrer que « le Canada fonctionne ».

Mais le premier ministre Stephen Harper a rejeté cette stratégie, préférant mettre l'accent sur sa propre méthode, celle du respect des compétences des provinces et du refus de répondre à toutes les salves venant du gouvernement péquiste minoritaire.

« Je ne compte plus les mémos et les réunions où les fonctionnaires proposaient des idées pour contrer une montée de la fièvre souverainiste. La fonction publique fédérale se préparait pour une crise d'unité canadienne et proposait des moyens pour montrer que « le Canada fonctionne » et pour « maximiser la présence et la pertinence du gouvernement fédéral au Québec ». Une approche promptement rejetée par le premier ministre Harper, ses ministres et ses conseillers québécois : une telle démarche rappellerait inévitablement le scandale des commandites », souligne M. Vallée, qui a été attaché de presse et conseiller de M. Harper de 2009 à 2015.

« Notre stratégie a plutôt été celle du désengagement constitutionnel. Malgré toutes les tentatives du gouvernement Marois d'embarquer Ottawa dans une traditionnelle querelle, comme il s'en faisait 10 ou 15 ans plus tôt, le gouvernement Harper a refusé d'entrer dans la danse, répétant à qui mieux mieux qu'il ne rouvrirait pas les vieilles chicanes. L'hameçon ne sera pas mordu, même si l'occasion se présentait pratiquement chaque semaine », ajoute-t-il.

Selon lui, la meilleure illustration de cette approche inhabituelle pour un gouvernement fédéral fut la controverse entourant la décision de Pauline Marois de retirer le drapeau du Canada du Salon rouge à l'Assemblée nationale, quelques semaines après sa victoire.  Cette décision a déchaîné les passions dans la presse anglophone, augmentant ainsi la pression pour que le gouvernement Harper dénonce le geste. Mais M. Harper a plutôt choisi d'éviter la confrontation.

« M. Harper était de passage à Québec au même moment pour annoncer la reconstruction du manège militaire. Tant les médias que les observateurs de la scène fédérale s'attendaient à voir le premier ministre vilipender Mme Marois - tradition fédérale oblige - et défendre l'honneur du drapeau canadien. Cela aurait inévitablement alimenté davantage la controverse et nourri l'option souverainiste », raconte M Vallée, qui est aujourd'hui associé au cabinet d'affaires publiques HATLEY.

« Or, rien de tel ne s'est produit. M. Harper a plutôt haussé les épaules et affiché un air perplexe en déclarant : « Qu'est-ce que je peux dire ? ». Cela a fait rire l'audience et nous sommes immédiatement passés à un autre appel. Le ton était ainsi donné pour ce qui allait être 18 mois de règne péquiste à Québec », ajoute M. Vallée.

Selon lui, cette stratégie a porté ses fruits puisque le débat au Québec ne suit plus aujourd'hui l'axe fédéraliste/souverainiste, mais gravite autour des sujets qui sont chers à la droite ou à la gauche - un débat plus traditionnel que l'on retrouve dans le reste du pays et dans les grandes démocraties.

« Il ne fait aucun doute que ce fédéralisme d'ouverture, pratiqué dans le respect des champs de juridictions des provinces, a contribué au déclin du mouvement souverainiste québécois. En l'absence de débats existentiels, la joute s'est plutôt transportée sur le terrain idéologique », soutient M. Vallée.

« La trajectoire du Bloc québécois en est une des preuves les plus éloquentes. Forcé d'applaudir la reconnaissance de la nation québécoise et le règlement du déséquilibre fiscal, le chef Gilles Duceppe s'est vu forcé d'affronter le gouvernement Harper en invoquant les valeurs progressistes de beaucoup de Québécois. Il avait beau s'époumoner à affirmer que les politiques conservatrices heurtaient le Québec, la vérité était plutôt à l'effet que les politiques conservatrices heurtaient la gauche québécoise, au même titre qu'elles heurtaient la gauche canadienne-anglaise. Elles ne constituaient pas une menace existentielle au Québec même », ajoute-t-il.

« En d'autres mots, le progressisme n'est pas une prémisse fondamentale du nationalisme québécois, tout comme le conservatisme n'en est pas une menace. Gilles Duceppe l'a appris à la dure en 2011 lorsque lui-même et son parti ont été victimes de la « vague orange » du NPD.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer