La marijuana légale doit concurrencer le marché noir, dit Ottawa

Les détails demeurent encore flous sur la façon... (PHOTO PC)

Agrandir

Les détails demeurent encore flous sur la façon dont les provinces appliqueront la loi, notamment quant à la distribution, aux prix et à l'accessibilité de la marijuana.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

Il y a largement consensus à l'échelle du pays sur le fait que les prix, les taxes et l'accessibilité de la marijuana légale doivent permettre de concurrencer le marché noir, affirme l'homme responsable d'orchestrer la légalisation de la drogue au Canada.

Toutes les provinces s'entendent pour dire que davantage doit être accompli pour mieux protéger les enfants et soutirer de l'argent au crime organisé, a ajouté le député fédéral Bill Blair en entrevue, lundi.

Le Canada prévoit légaliser la substance d'ici juillet 2018 en permettant aux adultes de posséder jusqu'à 30 grammes de marijuana légale en public, et de cultiver un maximum de quatre plants par foyer.

M. Blair mène en ce moment une tournée à l'échelle du pays afin de discuter avec les politiciens provinciaux et municipaux, ainsi qu'avec d'autres intervenants, en vue de l'entrée en vigueur de la loi qui approche à grands pas.

Les détails demeurent encore flous sur la façon dont les provinces, dont le Québec, appliqueront la loi, notamment quant à la distribution, aux prix et à l'accessibilité - des responsabilités qui incombent aux provinces. Des consultations sont en cours au Québec.

Parmi les aspects qui font «largement consensus», M. Blair indique que plusieurs intervenants ont souligné la nécessité de «mieux protéger les communautés et les enfants».

Bill Blair... (PC) - image 2.0

Agrandir

Bill Blair

PC

«Nous ne voulons pas laisser cette industrie au crime organisé et pour vaincre le crime organisé sur ce point, nous devons être capables d'être concurrentiels sur le prix, la qualité et l'accès», a-t-il soutenu.

Bien que les provinces économiseront au final notamment avec la diminution du nombre d'arrestations liées à l'utilisation de la marijuana, elles devront investir des ressources au départ, a ajouté M. Blair.

«Nous devrons investir dans l'infrastructure et l'administration et ceux qui sont responsables de protéger les communautés auront besoin de lois, de technologies, d'outils, de ressources et de formation. Et cela nécessitera un investissement.»

Adam Greenblatt, qui travaille dans une entreprise de marijuana médicinale en Ontario, Canopy Growth, estime que l'image de marque sera un sujet important dans le débat.

Le projet de loi C-45 qui fait son chemin dans le processus parlementaire interdit «la promotion, l'emballage et l'étiquetage de cannabis susceptibles de rendre le cannabis attrayant pour les jeunes ou d'en encourager la consommation».

«C'est important pour nous de différencier nos produits les uns des autres, mais aussi du marché illicite. La marque permet de solidifier la confiance du consommateur», a expliqué M. Greenblatt.

M. Blair dit qu'il serait peut-être possible de permettre «un certain niveau de valorisation de la marque» - mais avec des limites raisonnables.

Si les provinces ne se sentent pas prêtes à implanter leurs propres mesures d'ici l'année prochaine, le gouvernement fédéral prévoit donner accès à la marijuana par l'entremise du service postal, le moyen utilisé actuellement pour livrer la marijuana médicinale aux patients.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer