Andrew Scheer ne donnera plus d'entrevues à The Rebel

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew... (Sean Kilpatrick, La Presse canadienne)

Agrandir

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer.

Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

Le chef conservateur, Andrew Scheer, affirme qu'il n'accordera plus d'entrevues au site de nouvelles The Rebel tant que le média électronique maintiendra sa politique éditoriale.

Cette décision a été prise dans la foulée de la couverture assurée par The Rebel lors des manifestations explosives de Charlottesville, en Virginie, la fin de semaine dernière. Certains ont cru déceler dans la couverture de la chaîne canadienne disponible sur YouTube une lecture des événements sympathiques aux nationalistes blancs qui avaient organisé la manifestation pour protéger la statue du général sudiste Robert E. Lee.

Une contre-manifestante a perdu la vie et 20 personnes ont été blessées lorsqu'une voiture a foncé dans la foule, samedi à Charlottesville.

Dans un communiqué transmis jeudi, M. Scheer explique que les événements des derniers jours en Virginie le répugnent. Selon lui, il existe une frontière ténue entre couvrir les faits, d'une part, et offrir une tribune à ces groupes. Le chef conservateur a indiqué qu'il voulait véhiculer ses idées en ralliant les Canadiens, et il promet que tant que la politique éditoriale du Rebel demeurera la même, il ne leur accordera aucune entrevue.

Plusieurs politiciens conservateurs ont subi des pressions, au cours des derniers jours, pour prendre leurs distances face à ce média de droite, auquel collabore notamment l'animateur de radio québécois Éric Duhaime. Certains députés ont même coupé tous les liens avec The Rebel, mais M. Scheer n'avait pas pris position clairement, en dépit d'appels répétés à son cabinet depuis mardi, après les événements de Charlottesville et la couverture médiatique qu'en a offerte The Rebel» M. Scheer a finalement fait publier jeudi un communiqué par son cabinet.

Une croisière «Rebel» annulée

La couverture du Rebel sur les événements de Charlottesville a poussé l'un des cofondateurs du site et deux de ses collaborateurs à démissionner.

Un groupe progressiste britannique soutenait jeudi qu'il avait réussi à convaincre la compagnie Norwegian Cruise Line d'annuler une croisière thématique «Rebel» prévue en novembre dans les Antilles.

Le nombre croissant d'abonnés à la chaîne The Rebel depuis les événements de Charlottesville semble toutefois donner raison à son propriétaire, Ezra Levant, qui soutient que le média est en bonne santé.

Dans une note interne adressée au personnel, M. Levant semble cependant prendre une certaine distance face au mouvement dit «alt-right» américain. Il soutient qu'à l'origine, il voyait dans ce mouvement une «droite décomplexée, avec un certain sens de l'humour». Il admet que ce mouvement est aujourd'hui synonyme de «racisme, d'antisémitisme et de tolérance face au néonazisme».

M. Levant soutient que The Rebel continuera à couvrir les activités de l'«alt-right» américaine, mais avec la même approche qui prévaut pour la gauche.

Il a été impossible d'obtenir ses commentaires sur la décision d'Andrew Scheer ou sur l'annulation de la croisière «Rebel».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer