La controverse sur l'affaire Khadr poursuit Trudeau au Stampede

«Il est facile de comprendre les raisons pour... (Photo La Presse canadienne)

Agrandir

«Il est facile de comprendre les raisons pour lesquelles les gens sont frustrés à ce sujet. J'étais préoccupé par les sommes en jeu et c'est, comme je l'ai déjà dit, pourquoi nous avons réglé cela», a déclaré M. Trudeau aux journalistes, samedi.

Photo La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
CALGARY

La controverse entourant l'indemnité de 10,5 millions $ versée à l'ex-adolescent-soldat Omar Khadr a continué de poursuivre le premier ministre Justin Trudeau alors qu'il était de passage au Stampede de Calgary, samedi.

Un homme vivant en face d'où se déroulait un des fameux déjeuners du Stampede avait placé une affiche au-dessus de son garage sur laquelle on pouvait lire: «Trudeau, pourquoi ne payez-vous pas la veuve Speer ?». Daxton Yont faisait référence à la femme du sergent Chris Speer, le soldat américain dont M. Khadr est accusé d'avoir tué en Afghanistan, il y a 15 ans.

Omar Khadr avait intenté une poursuite de 20 millions $ contre le gouvernement fédéral, lui reprochant d'avoir violé ses droits en vertu de la Charte canadienne. Les deux parties se sont entendues sur un règlement à l'amiable qui a rapporté 10,5 millions au jeune homme.

M. Yont a décidé de poser cette affiche parce que lui et d'autres personnes au sein de sa collectivité estiment que cette indemnité était injustifiée.

Ses voisins et lui voulaient lancer un «léger message sans paraître grossiers» au premier ministre.

M. Khadr a été emprisonné au tristement célèbre camp de Guantanamo Bay après avoir été capturé par l'armée américaine lors de l'invasion de l'Afghanistan en 2002. Il n'était alors âgé que de 15 ans. Il avait été blessé lors des combats qui ont coûté la vie au sergent Speer et un oeil au soldat Layne Morris de la force Delta.

Aujourd'hui âgé de 30 ans, M. Khadr avait plaidé coupable à cinq crimes de guerre avant d'être condamné à une lourde peine d'emprisonnement par un conseil militaire établi à Guantanamo Bay, en 2010. Il affirme qu'il a accepté de plaider coupable afin de pouvoir sortir de sa geôle américaine et revenir au pays.

En 2010, la Cour suprême du Canada avait jugé que les autorités canadiennes avaient violé les droits du jeune homme au cours de ses interrogatoires.

«Il est facile de comprendre les raisons pour lesquelles les gens sont frustrés à ce sujet. J'étais préoccupé par les sommes en jeu et c'est, comme je l'ai déjà dit, pourquoi nous avons réglé cela», a déclaré M. Trudeau aux journalistes, samedi.

Continuer de s'opposer à la poursuite intentée par Omar Khadr aurait pu coûter de 30 à 40 millions $ au Trésor canadien.

«Nous avons décidé que ce règlement à l'amiable était la bonne chose à faire. Ce n'était pas seulement la chose responsable à faire d'un point de vue fiscal, mais aussi, il faut accepter que lorsqu'un gouvernement viole les droits fondamentaux des Canadiens, cela entraîne des conséquences.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer