Raïf Badawi: l'ambassadeur saoudien critique Ottawa

Le blogueur Raïf Badawi est emprisonné depuis maintenant plus... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le blogueur Raïf Badawi est emprisonné depuis maintenant plus de cinq ans en Arabie saoudite.

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

L'ambassadeur de l'Arabie saoudite au Canada exhorte le gouvernement Trudeau à cesser de se mêler du dossier de Raïf Badawi et à respecter les décisions des tribunaux du royaume.

En marge d'une rare conférence de presse à Ottawa, mardi, Naif Bin Bandir Al-Sudairy a soutenu que le sort du blogueur était entre les mains de la justice saoudienne.

Le gouvernement canadien, a-t-il insisté, doit ainsi respecter le verdict rendu dans la cause de Raïf Badawi, emprisonné depuis maintenant plus de cinq ans en Arabie saoudite.

«L'Arabie saoudite respecte les décisions des tribunaux canadiens. Et nous croyons que nos amis canadiens devraient nous traiter de la même façon. C'est tout», a-t-il offert.

Lorsqu'on a demandé à l'ambassadeur Al-Sudairy si cela signifiait qu'Ottawa devrait carrément cesser de soulever l'enjeu auprès des autorités saoudiennes, il a opiné.

«Absolument. Oui. Oui. Est-ce que c'est clair?», a-t-il tranché à l'issue de la conférence de presse dans les locaux de l'ambassade saoudienne, sur la promenade Sussex.

Le diplomate avait envoyé un signal similaire en mars 2015, dans une lettre aux gouvernements du Québec et du Canada pour les enjoindre à cesser de s'ingérer dans cette affaire.

Raïf Badawi a été jeté en prison le 17 juin 2012 pour avoir notamment demandé, sur son blogue, une plus grande tolérance envers les non-musulmans et une plus grande ouverture d'esprit.

Condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet, il a reçu 50 de ces coups de fouet, mais toutes les séances subséquentes ont été suspendues en raison de son état de santé précaire.

L'épouse du blogueur récipiendaire du prestigieux prix Sakharov pour la liberté de l'esprit en 2015, Ensaf Haidar, est réfugiée à Sherbrooke avec ses trois enfants.

Le gouvernement canadien, tant sous Stephen Harper que sous Justin Trudeau, a fait état de la difficulté d'intercéder en faveur de Raïf Badawi puisque celui-ci n'est pas citoyen canadien.

Dans une vidéo diffusée peu avant le cinquième anniversaire de son emprisonnement, début juin, ses enfants ont imploré le premier ministre du Canada d'intervenir personnellement.

«Nous continuons (...) à exhorter le gouvernement de l'Arabie saoudite à libérer Raïf Badawi», a assuré Justin Trudeau en marge d'une annonce à Ottawa le 13 juin dernier.

L'ambassadeur Al-Sudairy n'a pas voulu dire s'il avait discuté de cette affaire avec la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, ou avec son prédécesseur, Stéphane Dion.

«Je ne me souviens pas de cela. Peut-être. Peut-être», a-t-il laissé tomber.

L'attaché de presse de la ministre Freeland a soutenu mardi que les «préoccupations» du gouvernement canadien continueraient à être soulevées «tant à Riyad qu'à Ottawa».

«Nous avons porté le dossier de M. Badawi devant les plus hauts échelons, et nous avons demandé à plusieurs reprises que l'on fasse preuve de clémence», a écrit Adam Austen.

Selon Amnistie internationale, cette nouvelle rebuffade saoudienne prouve que le Canada - en particulier son premier ministre - doit «intensifier ses efforts» pour faire libérer le blogueur.

Car les pressions exercées en coulisses «de façon à ne pas froisser les autorités saoudiennes» n'ont «de toute évidence pas porté fruit», a fait valoir la porte-parole Anne Sainte-Marie.

Le premier ministre Trudeau aurait pu soulever la question directement auprès du roi Salmane d'Arabie saoudite lors de la rencontre du G20 à Hambourg, en Allemagne, cette semaine.

Le monarque a cependant annulé sa présence en raison de la crise avec le Qatar, d'après un porte-parole du gouvernement allemand cité par l'Agence France-Presse (AFP), lundi.

Tensions dans la région du Golfe

Le chef de mission saoudien avait justement convoqué les médias à l'ambassade pour discuter de la situation en compagnie de ses homologues de l'Égypte et des Émirats arabes unis.

Cette conférence de presse survenait à la veille d'une importante rencontre sur le Qatar, qui a été mis au ban par l'Arabie saoudite et ses alliés qui l'accusent de financer le terrorisme.

Doha a reçu une liste de 13 demandes émanant de ses voisins, dont celle de mettre la clé sous la porte de la chaîne d'information qatarie Al-Jazeera.

Les nations du Golfe somment également le Qatar de rompre les liens qu'il entretient, selon eux, avec Daech (le groupe État islamique), Al-Qaïda et les Frères musulmans.

Il y a deux semaines, Justin Trudeau s'est entretenu au téléphone avec l'émir du Qatar, le cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani, au sujet du conflit diplomatique qui secoue la région.

«Le premier ministre a soulevé les préoccupations du Canada relativement au financement du terrorisme et de l'extrémisme (...) et a insisté sur l'importance de maintenir le dialogue ouvert entre les parties contestantes», selon un compte rendu de son bureau.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer