Ottawa investira 1,3 milliard dans le Réseau électrique métropolitain

Le Réseau électrique métropolitain est un projet de... (IMAGE FOURNIE PAR CDPQ)

Agrandir

Le Réseau électrique métropolitain est un projet de train léger électrique proposé par la Caisse de dépôt et placement du Quebec et sa filiale, CDPQ Infra.

IMAGE FOURNIE PAR CDPQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau confirmera aujourd'hui à Montréal que le gouvernement fédéral investira 1,3 milliard de dollars dans le Réseau électrique métropolitain (REM) afin d'assurer la construction de ce mégaprojet dans les délais souhaités par la Caisse de dépôt et placement du Québec, selon des informations obtenues par La Presse.

M. Trudeau confirmera cet investissement lors d'une conférence de presse à la Gare centrale de Montréal en compagnie du premier ministre du Québec Philippe Couillard, du maire de Montréal Denis Coderre et du président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement Michael Sabia.

Une source gouvernementale a indiqué que ce projet de 6 milliards de dollars représentait une occasion unique de soutenir l'économie de la métropole, de consolider les transports collectifs et de réduire la congestion.

« À tous les points de vue, c'est un projet qui est important pour le premier ministre. Il s'y intéresse personnellement depuis le début. Pour lui, c'est l'exemple parfait du genre de projets que le Canada doit développer », a dit la source gouvernementale ayant requis l'anonymat.

« Cela aide la classe moyenne, cela permet de remplacer des voitures par un transport électrique, cela va diminuer les émissions de gaz à effet de serre. C'est véritablement un bon projet », a indiqué cette source qui a requis l'anonymat.

Au départ, le gouvernement Trudeau estimait que ce projet pouvait être financé par la nouvelle Banque de l'infrastructure du Canada. Mais étant donné que le projet de loi autorisant la création de cette nouvelle banque n'a toujours pas été adopté par le Sénat, le gouvernement Trudeau puisera à même les sommes prévues pour les projets d'infrastructures pour le Québec afin d'en assurer le financement.

« Pour respecter les échéanciers de la Caisse de dépôt et placement - et c'est important -, nous allons puiser dans l'allocation pour le Québec dans le cadre de la phase II du programme d'infrastructures. Mais une fois que la Banque de l'infrastructure sera opérationnelle, Québec et la Caisse pourront soumettre le projet à la Banque et on espère qu'il sera accepté. À ce moment-là, le 1,3 milliard de la Banque serait remis dans l'enveloppe des infrastructures pour d'autres projets pour le Québec. C'est un genre de pont financier que l'on fait », a-t-on indiqué.

PAS D'ADOPTION DU PROJET DE LOI AVANT L'AUTOMNE

Cet investissement du fédéral survient alors que La Presse révélait mercredi que l'Assemblée nationale ne pourrait adopter d'ici la fin de la session parlementaire le projet de loi établissant les règles entourant d'éventuelles expropriations. Ce retard pourrait compromettre l'échéancier du projet.

Le ministre des Finances Carlos Leitão s'est montré rassurant, mercredi. Avant d'entrer au Salon bleu, le ministre a indiqué que le lancement des travaux pourrait avoir lieu dans les délais si l'Assemblée nationale adoptait rapidement le projet de loi en septembre.

« Ça dépend quand, à l'automne, ce sera finalisé. Nous, dans les calculs qu'on fait, si ça se fait au mois de septembre, il n'y a pas de risque. Si c'est au-delà de septembre, c'est une autre histoire », a dit Carlos Leitão.

Cela laisse une petite fenêtre pour adopter le projet de loi sans faire dérailler le projet. L'Assemblée nationale reprend ses travaux le 20 septembre, ce qui laisse moins de deux semaines avant la fin du mois.

En revanche, les commissions parlementaires reprennent leurs activités dès le mois d'août. Les élus pourront donc poursuivre leur étude détaillée du projet de loi avant la rentrée officielle.

« IL Y A BEAUCOUP DE TRAVAIL DE FAIT »

M. Leitão a dit espérer la collaboration des partis de l'opposition, mais le ministre des Transports, Laurent Lessard, a envoyé un autre signal.

« Le Parti québécois et Québec solidaire ont voté contre l'adoption du principe [du projet de loi]. Ça finit par paraître dans leur façon de procéder » en commission parlementaire. Mais « on ne peut pas dire qu'ils font de l'obstruction systématique ».

Le ministre fait valoir qu'il était de toute façon prévu que les travaux commencent à l'automne. « Ça ne les empêche pas d'avoir fait bien des choses : acquisition des actifs de l'AMT, acquisition de biens fédéraux, les avis d'expropriation ont déjà été envoyés. On parle de moins de 100 propriétés à exproprier, ou de conclure des ententes. Moins de 14 résidences personnelles. Il y a beaucoup de travail de fait. »

Un porte-parole de la Caisse a indiqué que l'absence d'une loi adoptée avant l'été « aura[it] un impact sur l'échéancier du projet ».

La Caisse prévoit faire passer le réseau sur le nouveau pont Champlain avant sa mise en service, en 2018. Cette stratégie devait permettre de réaliser les travaux sans interrompre la circulation des voitures et des camions.

- Avec la collaboration de Tommy Chouinard




À découvrir sur LaPresse.ca

  • REM: un projet «maintenant bien réel»

    Montréal

    REM: un projet «maintenant bien réel»

    Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé jeudi à Montréal l'engagement de son gouvernement à investir près de 1,3 milliard dans la... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer