Soudaine réconciliation au Bloc québécois

Martine Ouellet... (Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Martine Ouellet

Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo de Granpré
Hugo de Grandpré
La Presse Canadienne
Ottawa

Les députés et la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, ont émergé de leur réunion d'urgence en offrant une image d'unité, jeudi après-midi, après deux jours de déchirements intenses sur la place publique.

« On a eu des discussions extrêmement constructives. On veut tout le monde travailler ensemble. Et c'est ce qu'on va faire à l'avenir. On va se donner les moyens pour travailler ensemble », a déclaré Mme Ouellet, entourée de tout son caucus.

Le député Gabriel Ste-Marie, qui la veille avait affirmé publiquement que le lien de confiance avec sa chef était en péril, a totalement changé de ton jeudi : « On a eu une bonne séance de travail aujourd'hui. On a eu de bons échanges. Le Bloc est uni. Martine, c'est notre chef. Elle a notre pleine confiance. Et vous allez voir : on va en déplacer des montagnes ensemble! »

Les événements des derniers jours ne laissaient pas présager une telle sortie de crise. Deux camps au sein du parti (sept des 10 députés d'un côté, la chef et les trois autres députés de l'autre) se critiquent mutuellement par l'entremise des médias depuis mercredi. Le député Louis Plamondon avait même déclaré que le lien de confiance avec Mme Ouellet était rompu.

Les membres des deux camps avaient fait leur entrée séparément à la réunion d'urgence jeudi matin et la chef avait déclaré que « certains députés auront un choix à faire ».

La réunion a duré plusieurs heures, et les membres de l'équipe bloquiste sont finalement ressortis ensemble pour faire une déclaration, mais sans prendre de questions des journalistes.

« Ça s'est réglé, a déclaré M. Plamondon. Le lien de confiance a été rétabli ».

Excuses

C'est la tentative du chef de cabinet de Martine Ouellet, Louis-Philippe Dubois, de couler des informations aux médias au sujet d'un député bloquiste membre de ce groupe des sept qui a mis le feu aux poudres mercredi.

Ces informations portaient sur des contrats obtenus par le cabinet d'avocat de ce député, Rhéal Fortin, auprès de la municipalité de Saint-Jérôme.

Mme Ouellet a affirmé qu'elle n'était pas au courant de la manoeuvre de son proche collaborateur, et elle l'a congédié dès qu'elle a été rendue publique.

Elle s'est excusée publiquement jeudi auprès de M. Fortin. « Si ça a pu lui causer du tort, je m'excuse à Rhéal et j'ai toute ma confiance en Rhéal qui a fait un excellent travail comme chef parlementaire par intérim à soutenir le Bloc québécois pendant 18 mois - quand même pas un petit intérim », a-t-elle déclaré.

M. Fortin a accepté ces excuses : « J'accepte les excuses de Martine avec humilité et enthousiasme. C'est ma chef, Martine Ouellet. Je veux travailler avec. On va continuer sur notre lancée et le Bloc sera d'autant plus efficace dans les mois qui viennent ».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer