Remplacement des CF-18: le faible dollar pourrait faire bondir la facture

En attendant que l'armée canadienne remplace sa flotte... (Photo Ints Kalnins, Archives Reuters)

Agrandir

En attendant que l'armée canadienne remplace sa flotte vieillissante de CF-18 (photo), Ottawa envisage d'acheter 18 jets Super Hornet de Boeing.

Photo Ints Kalnins, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Alors que la Défense canadienne jongle avec divers scénarios en vue de renouveler ses équipements militaires, le ministère des Finances lui lance un avertissement : la facture pourrait gonfler encore plus que prévu en raison de la chute du dollar canadien, qui navigue ces jours-ci à moins de 0,73 $US.

Ottawa est en discussion avec Boeing afin d'acheter 18 jets Super Hornet pour répondre temporairement aux besoins de l'armée. L'estimation « brute » du prix d'achat de chaque avion varie entre 88 et 110 millions, révèle une analyse préparée en août dernier par le ministère des Finances et obtenue par La Presse.

Le document prévient de plusieurs « facteurs spécifiques » qui pourraient avoir un impact sur le coût final, dont le taux de change au moment de la transaction. Or, aucune entente formelle n'a encore été signée avec Boeing, et le huard est passé de 0,78 $US en août dernier à moins de 0,73 $ hier. Cette seule variation pourrait faire gonfler de plusieurs millions le prix de chaque Super Hornet.

« La valeur du dollar américain sera ce qu'elle sera au moment où on achètera les avions, mais il faut savoir qu'il y aura une transaction seulement si les conditions répondent à nos exigences », a expliqué hier une source au ministère des Travaux publics, responsable des achats pour le gouvernement fédéral.

GRANDES DÉPENSES EN VUE

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a confirmé hier son intention de réinvestir des sommes importantes dans les Forces armées. Pendant un discours devant des représentants de l'industrie militaire, il a donné un aperçu de la nouvelle politique de défense du Canada, qui devrait être annoncée sous peu.

Sans chiffrer les investissements prévus, le ministre a déploré un manque de ressources criant. « Des années de financement inadéquat font en sorte que les Forces armées canadiennes ne disposent pas des ressources dont elles ont besoin », a dénoncé hier M. Sajjan.

Le ministre, toujours empêtré dans une controverse au sujet de son passé militaire, a rappelé le feuilleton des 65 avions de chasse F-35 que voulait acheter le précédent gouvernement conservateur pour remplacer sa flotte vieillissante de CF-18. Cette commande de 9 milliards a finalement été annulée.

L'armée canadienne aura besoin de plus que 65 avions, a indiqué hier M. Sajjan. Un appel d'offres sera lancé à cet effet en 2019. Les 18 Super Hornet qu'Ottawa envisage d'acheter à Boeing visent à assurer les besoins temporaires de l'aviation.

LES CONSERVATEURS RÉPLIQUENT

Cette conférence prononcée par le ministre de la Défense n'a pas calmé la rage de l'opposition à Ottawa, bien au contraire. Non seulement les conservateurs demandent toujours sa démission en raison de ses mensonges au sujet de son rôle dans une opération en Afghanistan, mais ils se défendent aussi d'avoir sous-investi dans l'armée pendant les années Harper.

Dans un communiqué de « vérification des faits », le Parti conservateur souligne avoir ramené le budget de la Défense de 14,5 milliards en 2005-2006 à plus de 20 milliards en 2014-2015. Les conservateurs estiment que le gouvernement Trudeau tente de « détourner l'attention des scandales du ministre » Harjit Sajjan en présentant un bilan trompeur.

- Avec William Leclerc, La Presse




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer