Aga Khan: impossible de savoir si Trudeau a été convoqué par la commissaire

Justin Trudeau et l'Aga Khan lors d'une visite... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Justin Trudeau et l'Aga Khan lors d'une visite de ce dernier à Ottawa en mai 2016.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joanna Smith
La Presse Canadienne
OTTAWA

Un député conservateur a vainement tenté de savoir auprès de Justin Trudeau s'il avait été finalement convoqué au bureau de la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique concernant ses vacances chez l'Aga Khan ou ses activités de financement plutôt privées.

Les libéraux étaient accusés de monnayer l'accès à M. Trudeau et aux ministres dans des activités privées afin de garnir les coffres du parti. Le premier ministre a été exonéré de tout blâme à ce chapitre, mais les vacances des Trudeau aux Fêtes chez l'Aga Khan, un «vieil ami de la famille», font toujours l'objet d'une enquête de la commissaire Dawson.

Dans une question écrite aux Communes, le député Chris Warkentin demandait au premier ministre de fournir des détails sur toute rencontre qu'il aurait eue avec Mary Dawson depuis son arrivée au pouvoir. En guise de réponse, le cabinet du premier ministre a repris textuellement la réplique répétée inlassablement par M. Trudeau depuis des mois: «le premier ministre se fera un plaisir de répondre à toute question que pourrait lui poser la commissaire».

Le député albertain a qualifié mardi d'«insulte aux Canadiens» cette réponse «ridicule» qui «manque totalement de transparence». M. Warkentin soutient qu'il ne voulait pas connaître les détails de l'enquête de la commissaire, mais simplement savoir si oui ou non le premier ministre avait rencontré Mme Dawson.

Au bureau de la commissaire, La Presse canadienne n'a pas eu plus de chance. La porte-parole, Jocelyne Brisebois, a répondu mardi par courriel que cette information confidentielle ne pourrait pas être divulguée à cette étape des procédures. Et le cabinet du premier ministre n'a pas voulu commenter davantage.

Pendant ce temps, M. Trudeau reprend le collier du financement, cette fois en vertu de nouvelles règles instaurées au Parti libéral du Canada. Ces règles prévoient que le premier ministre et les ministres ne pourront participer qu'à des activités de financement publiques, ouvertes aux médias et annoncées à l'avance, en publiant la liste des invités au maximum 45 jours après l'événement.

M. Trudeau doit ainsi participer jeudi soir à un cocktail-bénéfice au Musée des beaux-arts de Montréal, pour lequel les billets se vendent de 65 $ à 250 $. À Vancouver le 18 mai, les billets oscillent entre 125 $ et 750 $.

Les libéraux demandent aux partis de l'opposition de suivre leur exemple, mais ils risquent de n'avoir guère le choix: la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, a reçu le mandat de déposer un projet de loi, inspiré des règles libérales, qui s'appliquerait aux chefs de partis et aux candidats à la chefferie.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer