1,1 million $ pour les bureaux de la ministre fédérale de la Condition féminine

La ministre de la Condition féminine, Patty Hajdu... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre de la Condition féminine, Patty Hajdu

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La ministre fédérale de la Condition féminine a approuvé des dépenses de l'ordre de 1,1 million $ pour l'aménagement de son espace de bureaux, après avoir été avertie que ce montant en ferait sourciller plus d'un.

Des documents gouvernementaux obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information indiquent que la ministre Patty Hajdu désirait que son équipe et elle s'établissent dans le bâtiment du ministère, à Gatineau.

La mise en oeuvre du projet avait été accélérée même si les cadres supérieurs ignoraient alors comment il serait financé.

De tels bureaux s'avéreraient nécessaires puisque, contrairement à ses prédécesseures, Mme Hajdu se consacre à temps plein à la Condition féminine. Sous le gouvernement de Stephen Harper, Kellie Leitch occupait par exemple les fonctions de ministre du Travail en parallèle.

Les documents révèlent que la ministre Hajdu a choisi de faire construire les bureaux plutôt que de rénover un espace avoisinant, au sein du ministère du Patrimoine. Cette option aurait occasionné des délais moins importants, de même qu'une facture de 400 000 $.

On avait signalé à la ministre Hajdu qu'elle aurait à défendre cette décision, qui passerait assurément sous la loupe.

«Le coût est plus élevé que (celui de l'espace au Patrimoine canadien) et pourrait augmenter puisque les estimations à ce point-ci ne sont pas solides», est-il écrit dans un document daté du 26 janvier qui énonçait le pour et le contre des deux options.

Au moins un représentant impliqué dans le projet a signalé à plusieurs reprises qu'il faudrait informer fréquemment la ministre sur les coûts, parce que c'est elle qui serait tenue responsable.

Selon les notes tirées d'un appel téléphonique datant du 19 janvier, Meena Ballantyne - qui est à la tête du ministère de la Condition féminine - a répondu que la ministre Hajdu «avait le droit d'avoir un beau bureau près de son ministère».

En conférence téléphonique le lendemain, Mme Ballantyne a souligné que le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, Amarjeet Sohi, aurait lui aussi un nouveau bureau. Le bureau de M. Sohi a fini par coûter 835 000 $, ce qui a suscité les critiques de l'opposition conservatrice à Ottawa.

D'autres problèmes semblent avoir émergé du projet de bureaux de la ministre Hajdu.

Des courriels démontrent que la ministre, qui est entrée en poste le 4 novembre 2015, souhaitait déménager dans ses nouveaux bureaux au plus tard à la fin du mois de janvier 2016 - une échéance qui semblait irréaliste aux yeux de certains fonctionnaires.

Par ailleurs, l'espace à bureaux a dû être changé à quelques reprises, en partie parce que les plans avaient été dessinés avant même que le chef de cabinet ne sache combien de personnes allaient travailler avec la ministre.

Le ministère avait également signalé qu'il n'avait pas tous les fonds nécessaires pour le projet, et qu'il ne savait pas où il pourrait aller chercher l'argent.

Léonie Rioux, une porte-parole du ministère a tenu à souligner l'importance d'une étroite collaboration entre les fonctionnaires et l'équipe de la ministre. Ceux-ci ont finalement déménagé le 1er août.

Le ministère couvrira l'entièreté des frais, puisqu'il a pu récupérer 900 000 $ dans les budgets supplémentaires des dépenses, a affirmé Mme Rioux, qui a assuré qu'il n'y aurait aucun impact sur les plans futurs.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer