Surveillance de journalistes : mutisme à la GRC et au SCRS

«Bob Paulson, commissaire de la GRC, a confirmé... (ARCHIVES PC)

Agrandir

«Bob Paulson, commissaire de la GRC, a confirmé qu'aucun journaliste ne fait actuellement l'objet d'une surveillance par la GRC», a indiqué l'attaché de presse du ministre fédéral de la Sécurité publique.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Alors que la SQ et la Ville de Montréal ont confirmé avoir mis des journalistes sous surveillance, la GRC et le SCRS, les deux corps policiers fédéraux, ne veulent pas confirmer s'ils ont déjà adopté de telles pratiques, et le cas échéant à quelle fréquence. La GRC précise seulement que «les cas où des enquêtes de la GRC concernant des journalistes ont eu lieu sont extrêmement rares».

Le commissaire de la GRC Bob Paulson a dit mardi «ne pas être au courant que nous avons des enquêtes actives ou de la surveillance à l'égard de journalistes», mais la GRC n'a pas voulu confirmer si des journalistes ont été surveillés dans le cadre de ses enquêtes. Un cas de filature avait été rendu public il y a un an, celui du journaliste de La Presse Joël-Denis Bellavance qui a été pris en filature en 2007.

Tout en précisant «reconnaître» et «respecter [...] l'importance de la liberté et de l'indépendance de la presse», la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a indiqué ne pas pouvoir commenter «l'existence d'enquêtes en cours» ou «discuter des détails opérationnels» d'enquêtes passées. La GRC n'a pas précisé à La Presse si elle effectuait, comme l'a fait la Sûreté du Québec cette semaine, un examen de ses enquêtes pour déterminer si des journalistes ont été mis sous surveillance. La SQ a dévoilé aujourd'hui que six journalistes au Québec, dont Alain Gravel (Radio-Canada), Marie-Maude Denis (Radio-Canada), Isabelle Richer (Radio-Canada), Denis Lessard (La Presse) et Éric Thibault (Journal de Montréal). 

Le Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) n'a pas répondu aux questions de La Presse à savoir si l'organisme fédéral responsable des enquêtes de sécurité nationale : 1) surveille actuellement des journalistes, 2) en a surveillé par le passé, 3) mène actuellement des démarches pour répondre à ces questions et a l'intention de rendre public le résultat de ces démarches.

De son côté, le gouvernement Trudeau n'a pas l'intention de demander à la GRC et au SCRS de divulguer de telles informations, estimant qu'il n'était «pas approprié de commenter sur les questions opérationnelles».

«Bob Paulson, commissaire de la GRC, a confirmé qu'aucun journaliste ne fait actuellement l'objet d'une surveillance par la GRC. Le ministre Goodale examine la Directive ministérielle sur les enquêtes dans les secteurs sensibles existante afin de s'assurer que les plus grands soins sont pris lorsque des enquêtes criminelles et du journalisme se recoupent et que la valeur canadienne fondamentale de la liberté de presse est protégée. Il est toujours ouvert à recevoir des représentations sur ce qu'il y a d'autre à faire pour protéger les libertés fondamentales de la presse», indique Scott Bardsley, attaché de presse du ministre fédéral de la Sécurité publique Ralph Goodale. 

Le NPD demande une enquête publique sur la question de la surveillance des journalistes par les corps policiers. Les néo-démocrates sont «préoccupés» par le fait que la GRC et le SCRS ne veulent pas préciser s'ils ont mis des journalistes sous surveillance. «En ne répondant pas, ça affecte la confiance du public, dit le député Matthew Dubé. La réponse de la SQ de dévoiler [ces informations] démontre que le public a besoin d'être rassuré. Ce sont des questions auxquels ils doivent répondre. On continue de demander une enquête publique qui nous permettrait de constater les faits: est-ce une pratique répandue ou arbitraire?»

Après avoir vu les cas au SPVM et à la SQ, le chef par intérim du Bloc québécois Rhéal Fortin dit qu'il «ne tomberait pas en bas de ma chaise» s'il apprenait que des journalistes ont été surveillés par les corps policiers fédéraux. «Nous n'avons pas d'informations à cet effet-là, précise-t-il. Comme n'importe qui, je vois que si la SQ et le SVPM le font, je ne tomberais pas en bas de ma chaise [pour les corps policiers fédéraux]. Le ministre Goodale doit demander des comptes aux services policiers sous sa juridiction et rendre des comptes en Chambre aussi. Tout ça va peut-être nous permettre de découvrir qui est surveillé, mais ça ne règle pas le problème, ce qui rend encore plus pertinent et urgent que jamais notre projet de loi [sur la protection des sources journalistiques].» 

Le Parti conservateur du Canada aimerait que le ministre Goodale fasse un examen de la situation et vienne en faire rapport en comité parlementaire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer