Maxime Bernier courtise les propriétaires d'armes à feu

Le candidat à la direction du Parti conservateur,... (PHOTO Colin Perkel, La Presse canadienne)

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti conservateur, Maxime Bernier

PHOTO Colin Perkel, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le candidat à la direction du Parti conservateur Maxime Bernier courtise les propriétaires d'armes à feu, leur assurant que sous son leadership, ils «n'auront plus à s'inquiéter».

Dans un courriel de financement envoyé à ses partisans, mercredi, le député de Beauce soutient que les libéraux, au contraire, «détestent les armes à feu».

Il dit redouter les mesures législatives que concoctent les troupes de Justin Trudeau en matière de contrôle des armes à feu.

«Nous savons qu'ils vont changer la loi. Mais nous ne savons pas comment», écrit M. Bernier.

Il se demande notamment si les libéraux songent à apporter des changements à la classification de certaines armes pour les rendre prohibées ou à autorisation restreinte.

L'élu conservateur souligne dans son courriel qu'il a déposé une question écrite en Chambre afin d'en apprendre davantage sur les velléités libérales.

Il prévient néanmoins que «sans changer les lois, les libéraux pourraient nous enlever des biens qui nous appartiennent et faire de nous des criminels en l'espace d'une nuit».

Cela serait «injuste» et «ne rendra pas le Canada plus sécuritaire», estime le Beauceron.

«Lorsque je serai premier ministre, les propriétaires d'armes à feu n'auront plus à s'inquiéter», promet-il avant de demander au destinataire de lui faire un don de 5 $.

Le gouvernement libéral a déjà signalé qu'il souhaitait remettre entre les mains de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) la responsabilité de décider de la classification des armes à feu.

En septembre dernier, CBC a révélé que le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avait renversé une directive secrète sur les armes à feu établie par son prédécesseur Steven Blaney.

La consigne, formulée trois jours avant le déclenchement des élections, aurait ouvert la porte à une classification des armes en fonction des recommandations de leurs manufacturiers.

Lorsqu'il a appris la nouvelle, l'ex-ministre Blaney avait accusé les libéraux d'avoir fait preuve d'une «haine viscérale envers les citoyens honnêtes, respectueux des lois de notre pays».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer