Lobbyisme: une amende de 50 000 $ réclamée pour un ex-conseiller de Harper

Bruce Carson... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Bruce Carson

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Terry Pedwell
La Presse Canadienne
Ottawa

Un procureur demande à une juge d'imposer une amende de 50 000 $ à l'ancien conseiller de Stephen Harper Bruce Carson pour lobbyisme illégal.

L'avocat de M. Carson affirme cependant que son client est au bord de la faillite, qu'il ne peut gagner sa vie en raison de la controverse qui l'entoure, de sorte qu'il ne peut payer une telle amende.

M. Carson, qui a déjà été conseiller principal de l'ancien premier ministre conservateur, a été reconnu coupable de trois chefs d'accusation en vertu de la Loi sur le lobbying.

Il a été accusé pour son rôle dans le développement d'une stratégie nationale de l'énergie alors qu'il travaillait comme directeur de l'École de l'énergie et de l'environnement du Canada, puis comme vice-président de l'Institut canadien de politique énergétique.

Dans sa décision rendue le 16 septembre, la juge Catherine Kehoe, de la Cour de justice de l'Ontario, a déterminé que M. Carson avait eu des contacts avec des ministres et sous-ministres d'Industrie Canada et d'Environnement Canada, de même qu'avec le bureau du premier ministre et le Bureau du Conseil privé, pendant qu'il était employé de l'Institut de politique énergétique.

À ce moment, M. Carson était soumis à une interdiction de faire du lobbyisme auprès de membres de la fonction publique pendant cinq ans, parce qu'il avait travaillé au bureau du premier ministre jusqu'en février 2009.

Lors de l'audience pour la détermination de la peine, mardi, le procureur de la Couronne Robert Zsigo a avancé que la juge Kehoe devrait condamner M. Carson à une amende de 50 000 $, qui serait payée sur une période de deux ans ou plus.

L'avocat de Bruce Carson, Patrick McCann, a cependant répondu que son client avait des ressources financières limitées et qu'il avait de la difficulté à gagner sa vie depuis que les médias se sont penchés sur des allégations liées à sa relation avec une ancienne escorte.

La Couronne a répondu que sa situation financière actuelle ne signifiait pas qu'il ne pourra jamais bien gagner sa vie à l'avenir.

La peine de M. Carson sera connue le 4 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer