Le sénat étudie une loi pour obliger l'emballage neutre des aliments destinés aux enfants

En vertu du porjet de loi de la sénatrice... (Photo Brent Lewin, archives Bloomberg)

Agrandir

En vertu du porjet de loi de la sénatrice Nancy Greene Rain, les « mascottes » comme Ronald McDonald ne pourraient également plus être commercialisées.

Photo Brent Lewin, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La sénatrice Nancy Greene Rain veut imiter le Québec et interdire la publicité destinée aux enfants au Canada. Elle souhaite également durcir les règles de marketing autour de l'industrie des boissons et des aliments destinés aux jeunes de moins de 13 ans.

« Les enfants sont directement visés par le marketing de l'industrie des boissons et des aliments. Il faut agir pour les protéger », a déclaré la sénatrice ce matin.

Mardi, le projet de loi de Mme Greene Rain a été soumis à une première lecture au sénat. 

La sénatrice dit s'être inspirée du Québec où la publicité destinée aux enfants est interdite depuis les années 1980. « Mais notre loi va aller plus loin et encadrer tout le marketing des boissons et des aliments destinés aux enfants. On pense aux emballages de produits avec des bonshommes, aux jeux internet qui font la promotion de produits... », dit Mme Greene Rain. Les « mascottes » comme Ronald McDonald ne pourraient également plus être commercialisées, affirme la sénatrice.

Directrice de la Coalition Poids, Corinne Voyer se réjouit de l'étude de ce projet de loi par le sénat.

« Les compagnies sont de plus en plus agressives dans leur marketing », note Mme Voyer. Nos épiceries regorgent de produits destinés aux enfants. Les règles sur l'emballage relèvent du fédéral. Pour éliminer les bonshommes et les logos sur les aliments, qui attirent beaucoup les enfants, ça prend une loi fédérale ». Pour Mme Voyer, les emballages « neutres » seraient bénéfiques pour la protection des jeunes de moins de 13 ans.

« Dès l'âge de trois ans, les enfants demandent déjà des produits de marques spécifiques. Les enfants sont vulnérables au marketing. Il faut mieux les protéger », estime Mme Voyer.

Au Canada, deux adultes sur trois sont en surpoids. Et un enfant sur trois est obèse ou souffre d'embonpoint. « Plusieurs facteurs influencent l'obésité. Mais je pense que cette loi est une action rapide et efficace à prendre pour limiter le phénomène », soutient Mme Greene Rain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer