La ministre du Travail se penche sur le harcèlement au sein de la GRC

La ministre fédérale du Travail MaryAnn Mihychuk.... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La ministre fédérale du Travail MaryAnn Mihychuk.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne
Ottawa

La ministre fédérale du Travail, MaryAnn Mihychuk, prévient que des modifications au Code canadien du travail pourraient être envisagées afin de lutter contre le harcèlement au sein de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Dans une note interne que La Presse canadienne a obtenue, on apprend que la ministre Mihychuk a demandé des précisions à de hauts fonctionnaires de la Sécurité publique, après avoir reçu un message d'une membre de la GRC qui soutenait que la police fédérale n'avait pas «traité adéquatement ses plaintes» de harcèlement sexuel par les mécanismes internes.

La ministre du Travail demande maintenant des précisions sur les politiques, procédures et lignes directrices de la GRC en matière de harcèlement, afin d'envisager la possibilité de modifier la Partie 2 du Code du travail, consacrée à la santé et à la sécurité.

À l'entrée de la réunion du caucus libéral, mercredi, Mme Mihychuk, géologue de métier, a indiqué qu'elle avait appris dans le secteur des mines qu'un milieu de travail traditionnellement réservé aux hommes peut être «assez dur» pour les femmes. Elle prévient qu'à titre de ministre du Travail, elle pourrait faire bouger les choses à la GRC.

La note interne, datée de février et lourdement caviardée, révèle par ailleurs que le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a aussi reçu une copie du courriel de l'agente de la GRC, mais aussi des messages et lettres de 17 autres personnes, dont des membres actuels ou anciens de la police fédérale, qui relatent leurs histoires de harcèlement en milieu de travail ou de harcèlement sexuel.

La GRC tente depuis des années de lutter contre le harcèlement et l'intimidation, après avoir reçu de nombreuses plaintes. Il y a deux mois, elle a mis en place une nouvelle initiative pour éliminer l'inconduite sexuelle en milieu de travail, après la publication d'un rapport interne très critique sur la façon dont la GRC avait traité un cas «flagrant» survenu dans un collège de police.

Le ministre Goodale a aussi nommé l'ancienne vérificatrice générale Sheila Fraser pour conseiller la GRC sur les façons de modifier ses procédures de traitement des plaintes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer