Opérations de paix: Ottawa investit 450 millions

Un drapeau des Nations Unies flotte au vent... (Archives AFP)

Agrandir

Un drapeau des Nations Unies flotte au vent au Liban sur cette photo de 2006.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement canadien met sur pied un « Programme pour la stabilisation et les opérations de paix » (PSOP) qui servira à appuyer les missions d'appui à la paix à travers le monde.

Les ministres Stéphane Dion, des Affaires étrangères, Harjit Sajjan, de la Défense, Marie-Claude Bibeau, du Développement international, et Ralph Goodale, de la Sécurité publique, en ont fait l'annonce ce matin au Saguenay, en marge du caucus estival des députés libéraux.

Doté d'une enveloppe de 450 millions de dollars pour ses trois premières années d'activités, le programme mettra en oeuvre la politique du Canada relativement à la stabilisation des États fragiles, coordonnera les interventions dans les situations de conflits et soutiendra des programmes de stabilisation ciblés.

Il s'agit donc d'« argent frais », le Canada finançant déjà les opérations de paix des Nations unies à hauteur de quelque 250 millions de dollars par année.

Le PSOP permettra ainsi de répondre à des demandes d'organisations régionales, comme l'Union africaine, par exemple, afin de former des soldats étrangers intervenant dans des opérations de paix. 

L'accent sera mis sur la protection des civils, des réfugiés, des femmes et des enfants.

« Maintenant, plus que jamais, est venu le temps pour notre pays de privilégier l'engagement plutôt que l'isolement », a déclaré le ministre Dion.

« L'évolution des conflits se déroulant à l'étranger continue d'avoir une influence sur la nature de la sécurité au Canada, ainsi que sur les Canadiens et les intérêts canadiens », a pour sa part indiqué le ministre Goodale.

Entre 400 et 600 Casques bleus

Le ministre de la Défense annonce par ailleurs que le Canada est prêt à déployer de 400 à 600 Casques bleus, militaires et policiers, au sein d'opérations de paix des Nations unies, mais ne précise pas où dans l'immédiat.

Ottawa envisage de ne pas déployer tous ces militaires dans la même opération de paix.

« On ne va pas se restreindre à un seul endroit », avait indiqué à La Presse le ministre Sajjan au terme de sa tournée africaine, il y a une dizaine de jours. 

Des troupes terrestres, des officiers de commandement, des ingénieurs, des médecins ainsi que du transport aérien et de la formation militaire et policière pourraient ainsi être déployés.

Une annonce plus précise à ce sujet pourrait être faite en marge du sommet sur les missions de paix des Nations unies qui se tiendra à Londres les 7 et 8 septembre ou encore à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations unies, du 19 au 21 septembre à New York.

Le Canada pourrait également déployer un petit nombre de militaires et de policiers en Colombie, à la demande de Bogotá, afin d'aider à l'application de l'accord de paix entre le gouvernement et la rébellion des FARC signé mercredi soir à La Havane.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer