Attentat terroriste déjoué: l'efficacité des agences sera évaluée, dit Trudeau

Mardi matin, M. Trudeau était en Nouvelle-Écosse pour... (Photo Darren Calabrese, PC)

Agrandir

Mardi matin, M. Trudeau était en Nouvelle-Écosse pour annoncer du financement pour des projets d'infrastructure.

Photo Darren Calabrese, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
BRIDGETOWN, N.-É.

Le premier ministre Justin Trudeau estime que le comité parlementaire créé pour surveiller les activités des agences de renseignement aura à évaluer l'efficacité du travail de ces agences.

La semaine dernière, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a intercepté un jeune Canadien qui préparait une attaque terroriste. Aaron Driver a été abattu par la police, mercredi soir, dans une petite ville du sud-est de l'Ontario. Le jeune homme était connu des autorités canadiennes. Mais c'est le FBI qui a alerté la GRC alors que l'homme préparait un attentat imminent.

Mardi matin, M. Trudeau était en Nouvelle-Écosse pour annoncer du financement pour des projets d'infrastructure. Au cours du point de presse qui a suivi son annonce, les journalistes lui ont demandé de justifier la nécessité d'une intervention américaine alors que le jeune Driver était surveillé par les autorités canadiennes.

Le premier ministre a d'abord félicité les policiers canadiens pour leur travail.

Puis, il a rappelé la nécessité d'un équilibre entre la sécurité des Canadiens et le respect de leurs droits, avant d'ajouter qu'un comité parlementaire, annoncé par son gouvernement le printemps dernier, jugera du travail des agences comme la GRC et le SCRS (Service canadien du renseignement de sécurité).

« La surveillance assurera que nos agences de renseignement et de sécurité sont bel et bien en train de faire tout ce qui est nécessaire pour garder les Canadiens en sécurité », a déclaré M. Trudeau.

« Cette situation de la semaine dernière et des situations semblables, c'est exactement le genre de choses sur lesquelles le comité de parlementaires aura à s'exprimer, aura à réfléchir », a-t-il ajouté. Le premier ministre s'attend à ce que ce comité offre « des conseils sur la manière dont on peut encore mieux assurer la sécurité des Canadiens, comme nous avons pu le faire la semaine dernière ».

Par ailleurs, c'est une contribution fédérale de 87 millions $ pour des projets de traitement des eaux usées et de 32 millions $ pour le transport en commun que M. Trudeau a annoncée à Bridgetown, aux côtés du premier ministre de la province, Stephen McNeil.

Manifestement heureux de se retrouver dans un terrain ami - les provinces maritimes n'ont envoyé que des députés libéraux à Ottawa -, M. Trudeau a esquivé les questions sur son refus de s'engager à nommer un juge de cette région pour le poste vacant à la Cour suprême du Canada.

Il a préféré insister sur l'annonce du jour.

« Nous avons un alignement historique avec des premiers ministres qui partagent les mêmes valeurs que le gouvernement fédéral, avec une approche qui se ressemble à travers les provinces de l'Atlantique. Et nous travaillons ensemble pour prendre avantage de ce moment », a-t-il dit.

Aaron Driver a succombé à une blessure par balle

Le jeune sympathisant des djihadistes mort la semaine dernière lors d'une confrontation en Ontario a succombé à une blessure par balle, ont indiqué les autorités, mardi.

Âgé de 24 ans, Aaron Driver était soupçonné d'avoir comploté pour perpétrer une attaque terroriste dans une ville canadienne.

Mercredi dernier, il a perdu la vie dans un affrontement avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Strathroy, dans le sud-ouest de l'Ontario, après avoir réalisé une vidéo laissant entendre qu'il allait faire exploser une bombe artisanale dans un centre urbain du pays.

En vertu d'une ordonnance de la cour, Aaron Driver ne pouvait pas s'associer à un groupe terroriste ni utiliser un ordinateur ou un cellulaire. Mais il ne faisait pas l'objet d'une surveillance continue, et ce, même si les autorités craignaient qu'il puisse participer ou contribuer à des activités terroristes.

La police provinciale a pris en charge l'enquête sur les circonstances de sa mort. Celle sur l'ensemble de l'incident se poursuit également.

Le père d'Aaron Driver a affirmé que son fils avait été un enfant perturbé, mais qu'il semblait avoir repris sa vie en main après s'être converti à l'islam. En janvier 2015, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avait toutefois communiqué avec lui au sujet de messages troublants publiés par Aaron sur les médias sociaux.

Les funérailles du jeune homme devraient avoir lieu plus tard cette semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer