Exclusif

Trudeau appelé à démontrer que le «fédéralisme fonctionne»

La note d'information destinée à Justin Trudeau offre... (photo sean kilpatrick, archives la presse canadienne)

Agrandir

La note d'information destinée à Justin Trudeau offre un regard différent sur les priorités du gouvernement fédéral en matière d'unité nationale et des relations avec le Québec, un débat que le premier ministre évite comme la peste.

photo sean kilpatrick, archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Justin Trudeau martèle sur toutes les tribunes que l'unité nationale est un débat du passé qui n'intéresse personne, mais ses fonctionnaires semblent avoir une lecture quelque peu différente de la situation. Dans une note d'information destinée au premier ministre du Canada avant sa première rencontre avec Philippe Couillard, en décembre, on lui a rappelé à deux reprises qu'il était important de démontrer aux Québécois que « le fédéralisme fonctionne ».

Ce document classé « secret » et obtenu par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information a été rédigé en vue de la rencontre entre les deux premiers ministres, le 11 décembre à Québec. Il est adressé au premier ministre Trudeau par l'ancienne greffière du Conseil privé du Canada, Janice Charrette, qui vient d'ailleurs d'être nommée haute-commissaire du Canada au Royaume-Uni.

Mme Charrette et ses fonctionnaires y dressent une série de points et d'enjeux qui pourraient être abordés durant la rencontre. Ils établissent quelles sont les positions d'Ottawa, et les messages qui pourraient être relayés par M. Trudeau. La rédaction de telles notes pour un ministre ou premier ministre est chose courante avant une telle rencontre officielle.

L'un des dossiers ainsi abordés est celui des célébrations du 150e anniversaire de la fédération canadienne, qui se tiendront l'an prochain.

«Canada 150 offre l'occasion de resserrer les liens d'appartenance des Québécois au Canada tout en démontrant qu'une véritable collaboration Canada-Québec est possible et que le fédéralisme fonctionne.»


Extrait de la note d’information

Les fonctionnaires ajoutent que ces démarches devront être entreprises « tout en veillant à ce que le gouvernement fédéral n'isole pas la province. Il y aura des occasions de reconnaître le caractère unique du Québec et sa contribution à la fédération ».

Ce souci de démontrer que le fédéralisme fonctionne auprès du public et des électeurs québécois est exprimé plus tôt dans le document, lorsque les auteurs affirment d'entrée de jeu que « cette rencontre présente l'occasion de faire avancer les priorités communes entre les deux gouvernements et démontrer que la fédération fonctionne ».

Ils soulignent également que « le gouvernement du Québec offre une conjoncture favorable aux progrès dans des dossiers importants et pour continuer à développer des liens productifs avec la province ». Les deux paragraphes qui pourraient détailler cette affirmation ont été caviardés.

Enfin, tout au début du document, une rubrique intitulée « Résultats souhaités » fait la liste de quatre objectifs, dont le dernier est de « réitérer que la collaboration nécessitera de la flexibilité de la part du gouvernement fédéral et du gouvernement du Québec ».

« JE NE PEUX PAS CROIRE... »

Cette note d'information offre un regard différent sur les priorités du gouvernement fédéral en matière d'unité nationale et des relations avec le Québec, un débat que le premier ministre Trudeau évite comme la peste.

Dès qu'une question lui est posée sur ce sujet, M. Trudeau martèle depuis plusieurs années qu'il s'agit d'un débat du passé qui n'intéresse pas les Québécois et ne cadre pas avec leurs priorités.

Plus récemment, il s'est même montré agacé lorsque des journalistes lui ont demandé s'il reconnaissait l'existence de la « nation québécoise ». Dans une déclaration faite à l'occasion de la fête du Canada, il s'est réjoui que le Canada forme une nation depuis 149 ans. Des candidates à la direction du Parti québécois l'ont accusé de réinventer l'histoire et d'insulter « tout ce que [leur] héritage représente ».

« Le Québec est une nation, le Canada est une nation. Je ne peux pas croire qu'on est encore en train de parler de ça, quand on a besoin d'investissements en infrastructures, en eaux usées, en transports collectifs... Les Québécois veulent qu'on ait des gouvernements qui travaillent ensemble pour bâtir un meilleur avenir, pour créer des emplois, et c'est exactement ce que nous sommes en train de faire », a-t-il tranché.

- Avec la collaboration de William Leclerc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer