Le Canada enverra des soldats en Europe de l'Est

Le gouvernement n'a pas encore indiqué de quelles... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le gouvernement n'a pas encore indiqué de quelles bases militaires du pays ces troupes proviendront.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le Canada enverra des troupes militaires en Europe de l'Est pour «appuyer la posture de dissuasion et de défense renforcée» de l'OTAN à l'égard de la Russie, a annoncé le gouvernement fédéral jeudi.

Selon des informations qui ont filtré dans les médias et qui devraient être confirmées par le premier ministre Justin Trudeau lors du prochain Sommet de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, en Pologne la semaine prochaine, jusqu'à 1000 soldats canadiens seraient déployés en Lettonie.

«En tant que l'une des quatre nations-cadre, le Canada mettra sur pied et dirigera un groupement tactique multinational rotationnel de l'OTAN qui contribuera à renforcer la présence avancée de l'OTAN en Europe de l'Est et en Europe centrale, aux côtés de l'Allemagne, des États-Unis et du Royaume-Uni», peut-on lire dans une déclaration commune des ministres de la Défense et des Affaires étrangères du Canada.

Le gouvernement n'a pas encore indiqué de quelles bases militaires du pays ces troupes proviendront.   

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a indiqué lors d'un entretien téléphonique avec La Presse que «la Russie s'est comportée d'une façon qui a troublé l'ordre international par son intervention en Ukraine [...]. À partir de ce moment, l'OTAN veut agir de façon défensive. Parce qu'il ne faut pas oublier l'article 5 de l'OTAN, c'est-à-dire que s'il y a un État membre de l'État qui est attaqué, toute l'OTAN est attaquée».

«Mais il faut aussi indiquer que c'est défensif, a ajouté M. Dion. L'effet d'escalade est une tragédie pour l'humanité. Parce que tous les investissements que l'on fait dans l'est de l'Europe, ça aurait été tellement mieux de faire des missions de la paix dans le monde, ou des missions de développement, des investissements dans les infrastructures...»

Selon le ministre des Affaires étrangères, il faut donc «de la fermeté, mais aussi un dialogue avec la Russie. Le Canada a déserté le dialogue ces dernières années et c'est une politique que nous sommes en train de corriger. Pour que le Canada comme les États-Unis et comme tous les autres membres de l'OTAN ait un dialogue aussi constructif que possible avec la Russie.»

Cette annonce survient au lendemain du discours du président américain Barack Obama mercredi, dans lequel il a appelé le Canada à en faire davantage pour aider ses partenaires de l'OTAN.

Environ 250 membres des Forces armées canadiennes sont actuellement déployées en Ukraine dans le cadre de la mission UNIFIER, qui vise la formation de militaires locaux. 

La mission annoncée mercredi n'en est pas une de formation, mais plutôt de dissuasion, qui se veut une réponse défensive dans le cadre de la stratégie de l'OTAN dans la région. 

Le Canada sera placé en position de leadership, tandis qu'il sera responsable d'un bataillon en compagnie de trois autres nations « cadres » : l'Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer