Peter MacKay regrette que le Canada n'ait pas acheté les F-35

Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux s'étaient engagés à ne pas acheter les F-35, soulignant qu'ils allaient lancer un processus de concurrence ouverte pour renouveler la flotte d'avions.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

L'achat d'avions de chasse qui seraient différents de ceux utilisés par les plus proches alliés du Canada risque de déconnecter le pays des alliances internationales dont il a le plus besoin, a suggéré un ancien ministre conservateur, lundi.

Peter MacKay a déclaré devant un comité du Sénat que selon lui, les F-35 étaient sans contredit les meilleurs avions pour le Canada, que ce soit pour défendre le Grand Nord ou pour combattre le terrorisme partout dans le monde.

L'ancien gouvernement de M. MacKay avait tenté de se procurer ces avions, mais des questions soulevées sur les coûts ou les capacités des appareils ont interrompu le processus - ce que regrette l'ex-ministre.

Il se désole que son gouvernement n'ait pas effectué l'achat final des avions puisque le Canada «en a besoin» pour l'industrie et en vertu d'alliances internationales, dont le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD).

M. MacKay a d'ailleurs déploré les «allées et venues» du gouvernement libéral actuel sur l'achat d'avions de chasse.

Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux s'étaient engagés à ne pas acheter les F-35, soulignant qu'ils allaient lancer un processus de concurrence ouverte pour renouveler la flotte d'avions. Toutefois, le cabinet tente en ce moment de déterminer comment il pourra conjuguer cette promesse avec les besoins du Canada en matière de défense.

À l'extérieur de l'audience, M. MacKay a affirmé que les problèmes qui avaient fait surface aux premières étapes du processus d'achat des F-35 avaient été réglés, depuis. Ce modèle est utilisé par les États-Unis, mais par plusieurs autres pays également, a-t-il fait remarquer.

«Le F-35 est, de loin, l'appareil supérieur. C'est de loin celui qui amène le plus d'avantages industriels au Canada. Il a prouvé sa valeur maintes et maintes fois, les bogues ont été enlevés, les pays prennent des livraisons maintenant et les coûts diminuent», a-t-il expliqué.

«Sa supériorité est prouvée. Nous en avons besoin, et nous en avons besoin bientôt, alors avoir une compétition - si c'est ce qu'ils doivent justifier - alors d'accord, tenez parole, faites-le», a-t-il ajouté.

L'ancien gouvernement libéral de Jean Chrétien avait accéléré le processus pour remplacer les C-18 du Canada en 1997, et les conservateurs avaient repris le flambeau en 2006 lorsqu'ils ont été portés au pouvoir.

David Pratt, qui a été ministre de la Défense en 2003-2004 sous le gouvernement libéral de Paul Martin, a souligné devant le comité que les conservateurs avaient eu dix ans pour faire le travail, sans succès.

«Nous devons avoir un processus de concurrence ouverte afin d'assurer que nous avons le meilleur avion pour le Canada - maintenant», a-t-il constaté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer