Les paroles de l'Ô Canada au coeur des débats à Ottawa

La question a été lancée par le député... (Photo Adrian Wyld, archives PC)

Agrandir

La question a été lancée par le député libéral de longue date, Mauril Bélanger, qui utilise un générateur automatique de voix qui convertit un texte en discours automatisé.

Photo Adrian Wyld, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joanna Smith
La Presse Canadienne
Ottawa

Les paroles de l'Ô Canada seront au coeur de l'actualité à Ottawa, mardi.

Les députés de la Chambre des communes débattront de la neutralité de genre de l'hymne national canadien.

La question a été lancée par le député libéral de longue date, Mauril Bélanger, dont la santé se détériore depuis l'automne dernier, lorsqu'il a appris souffrir de la sclérose latérale amyotrophique, également appelée la maladie de Lou Gehrig, une maladie neurodégénérative incurable.

En janvier, M. Bélanger avait déposé son projet de loi privé en chambre en utilisant un générateur automatique de voix qui convertit un texte en discours automatisé, une première aux Communes.

Le projet de loi propose de modifier les paroles de l'hymne national en remplaçant les mots « in all thy sons command » - en français « de fleurons glorieux » - par « in all of us command ».

Les conservateurs avaient contrecarré une tentative d'adopter rapidement le changement au début du mois de mai. Les libéraux avaient alors accusé leurs rivaux d'empêcher le député malade de voir son projet de loi adopté pendant qu'il en avait encore la possibilité.

Le conservateur Erin O'Toole dit avoir de la sympathie pour la situation de Mauril Bélanger, mais qu'il est contre le projet de loi, car le Canada ne devrait pas changer des parties aussi importantes de son patrimoine, même lorsqu'elles sont désuètes.

Or, M. Bélanger et ceux qui appuient les modifications affirment que l'amendement rétablirait la version originale anglaise du Ô Canada qui disait plutôt « thou dost in us command ».

Les paroles ont été modifiées par « all thy sons » en 1913. Selon Mauril Bélanger, plusieurs pensent que cette modification a été apportée en réponse aux événements qui ont mené à la Première Guerre mondiale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer