Congrès du Parti libéral: Trudeau remporte facilement son pari

Le premier ministre du Canada et chef du... (Photo John Woods, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Canada et chef du Parti libéral, Justin Trudeau

Photo John Woods, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Winnipeg) Au terme de pressions et de jeux de coulisses visant à convaincre des militants récalcitrants, le premier ministre Justin Trudeau a remporté haut la main son pari et fait adopter hier à Winnipeg des changements importants à la Constitution du Parti libéral du Canada. Compte rendu de ces changements et d'un congrès où les débats politiques n'ont jamais vraiment éclipsé la priorité des militants : célébrer leur victoire « historique » du mois d'octobre.

ADHÉSION GRATUITE

D'ici quelques mois, le Parti libéral du Canada commencera à distribuer gratuitement ses cartes de membre. C'est l'un des changements prévus dans la nouvelle constitution adoptée hier. Une proportion minime de Canadiens sont membres d'un parti politique ; le PLC espère ainsi changer la donne et créer un « mouvement », où le plus de membres possible grossiront ses rangs. Les frais d'adhésion sont actuellement de 10 $. Ils devraient être abolis d'ici le mois de janvier.

D'AUTRES CHANGEMENTS

Les autres changements adoptés hier consistent notamment à regrouper les 18 constitutions du parti en une seule. Les libéraux se proposent aussi de modifier la manière dont les congrès sont tenus, en permettant entre autres à tous les membres de voter par internet sur les politiques de la formation, plutôt que d'avoir à se déplacer. L'abolition des constitutions provinciales signifie que ce sera dorénavant le Conseil national du parti qui adoptera des règles pour des organismes comme la section québécoise du Parti libéral du Canada.

NOMBREUSES PRÉOCCUPATIONS

Des militants ont formulé de nombreuses préoccupations au cours des derniers jours, en particulier sur la manière jugée trop autoritaire et le manque de consultation de la part des hautes instances du PLC. Certains ont jugé que la nouvelle constitution était trop vague et qu'elle accordait trop de pouvoirs au Conseil national, de sorte que celui-ci pourrait adopter des règles à sa guise dans l'avenir, sans tenir compte de la volonté des membres. D'autres craignent enfin que les associations de circonscriptions ou les sections provinciales du parti ne perdent du pouvoir et de l'influence.

PLAIDOYER DE TRUDEAU

Le premier ministre a usé de tout son poids politique et profité de son discours deux heures avant le vote pour exhorter les militants à adopter les changements. Il a salué le courage des opposants et affirmé : « Si je croyais pour un seul instant que la nouvelle constitution retirerait du pouvoir à la base militante, je serais à vos côtés pour la dénoncer. Mais ce n'est pas le cas. » Deux heures plus tard, à la surprise générale, il a personnellement présenté la motion sur le parterre du congrès. C'est le nouveau président de la section québécoise du PLC, Pierre Choquette, qui l'a appuyée. Celle à qui succède M. Choquette à ce poste, Linda Julien, avait elle-même dénoncé le manque de consultation.

JEUX DE COULISSES

Les jours et les heures qui ont précédé le vote ont été marqués par des jeux de coulisse et des pressions importantes exercées par des représentants du PLC auprès de militants récalcitrants, ont confirmé certains d'entre eux. « Il y a eu beaucoup de tordage de bras », a indiqué Léa Doucet, qui a voté contre les changements en guise de protestation. Certains ont dénoncé cette situation, d'autant que M. Trudeau avait promis de faire de la politique autrement. Le député montréalais Nicola Di Iorio, qui a exprimé des inquiétudes avant le vote et s'est finalement rangé aux arguments du chef, estime que des ajustements devront être apportés à l'avenir. M. Trudeau « est formellement résolu à l'ouverture. Mais là où on a un apprentissage à faire, c'est entre le message qui part d'en haut et le message qui doit cascader. Il faut continuer à s'assurer à chaque étape que les porteurs de ce message-là soient eux sûrs qu'ils adhèrent à cette façon de faire », a-t-il dit.

VICTOIRE ÉCRASANTE

Le résultat de ces démarches a finalement été une victoire écrasante pour l'initiative portée par M. Trudeau, avec 1988 délégués qui ont voté pour, et seulement 66 qui se sont prononcés contre. Malgré cet appui massif de plus de 96 % des délégués, l'issue du vote a tout de même causé un certain suspense, jusqu'à ce que des opposants parmi les plus acharnés au projet prennent la parole sur le parterre quelques minutes avant le vote pour dire que les amendements acceptés au cours des dernières heures et les paroles du chef les avaient rassurés.

L'ESPRIT À LA FÊTE

La victoire a évité un affront au leadership de Justin Trudeau. Un autre débat délicat a été écarté au début du congrès, lorsqu'une résolution pour tenir un débat d'urgence sur l'aide médicale à mourir a été jugée non recevable par le parti. Les militants ont donc pu se concentrer sur les nombreuses réceptions pour célébrer en grand leur victoire des dernières élections. L'aide médicale à mourir reviendra toutefois les hanter assez rapidement : ils doivent envoyer le projet de loi au Sénat cette semaine et espèrent qu'il sera adopté avant lundi de la semaine prochaine. Toutefois, de nombreux sénateurs entendent réclamer des amendements.

LE GESTE DE BOB RAE 

Le premier ministre Justin Trudeau a offert un rare hommage à son prédécesseur Stephen Harper, hier mais un membre éminent de son parti ne semble pas l'avoir apprécié. L'ancien chef intérimaire Bob Rae a été filmé en train de mettre deux doigts dans sa bouche - comme s'il allait vomir - pendant cette partie du discours. M. Rae s'est par la suite excusé pour son geste qui a été capté sur vidéo par La Presse Canadienne et partagé à de nombreuses reprises sur les médias sociaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer