Exclusif

Congrès du Parti conservateur: le nom de Bernard Lord sur toutes les lèvres

Selon des militants conservateurs, réunis à Vancouver, « le... (Photo Jonathan Hayward, La Presse Canadienne)

Agrandir

Selon des militants conservateurs, réunis à Vancouver, « le nom de Bernard Lord revient dans toutes les discussions depuis le début du congrès ».

Photo Jonathan Hayward, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que certains candidats commencent à jouer des coudes dans la course à la direction du Parti conservateur, en particulier le député de Beauce Maxime Bernier, le nom de l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick Bernard Lord fait rêver les militants.Dans les coulisses, un mouvement s'organise pour convaincre M. Lord de faire le saut dans cette longue course de 12 mois qui, selon des sources conservatrices, pourrait immédiatement faire de lui le candidat de tête.

M. Lord, qui a été premier ministre du Nouveau-Brunswick de 1999 à 2006, serait le candidat idéal pour mener les troupes conservatrices et affronter les libéraux de Justin Trudeau aux élections fédérales prévues en octobre 2019, affirme-t-on. Il est âgé de 50 ans à peine, parfaitement bilingue et a des racines québécoises (il est né à Roberval). Des apparatchiks du Parti conservateur estiment donc qu'il pourrait redonner au parti ses lettres de noblesse dans les provinces atlantiques, où les conservateurs ont été rayés de la carte électorale, et consolider la percée conservatrice au Québec au dernier scrutin.

« Le nom de Bernard Lord revient dans toutes les discussions depuis le début du congrès. Il est en réflexion à ce sujet. Sa femme est d'accord pour qu'il se lance dans la course. S'il décide de faire le saut, il aura instantanément le financement nécessaire et l'organisation requise pour remporter cette course », affirme une source conservatrice.

« J'ai l'impression que toute cette question le torture en ce moment. Mais il faut qu'il dise oui. Il est absent du congrès en fin de semaine. Mais tout le monde s'entend pour dire qu'il serait le candidat de choix de la majorité des militants du parti. Certains qui ont dit appuyer un des trois candidats en lice en ce moment sont prêts à rejoindre son camp s'il dit oui », a ajouté une autre source conservatrice

« En ce qui me concerne, la candidature de Bernard Lord serait certainement un game changer  », a ajouté une troisième source conservatrice, soulignant que son arrivée forcerait d'autres candidats comme l'ancien ministre de la Justice Peter MacKay à passer son tour, lui qui vient de la Nouvelle-Écosse.

DES DÉPUTÉS RENCONTRÉS

Deux jours après la défaite électorale des conservateurs et la démission de Stephen Harper comme chef du parti, M. Lord avait déclaré à Radio-Canada qu'il ne serait pas candidat. Il avait alors affirmé qu'il n'avait « aucunement l'intention » de se lancer dans la course.

Mais au cours des derniers mois, M. Lord a quand même pris soin de rencontrer certains députés conservateurs afin de discuter de l'avenir du parti, sans toutefois donner de précisions au sujet de ses propres intentions.

En 2002, M. Lord avait été pressenti pour succéder au chef du Parti progressiste-conservateur du Canada, Joe Clark. L'ancien premier ministre du Canada Brian Mulroney avait alors affirmé qu'il était le « candidat idéal », notamment pour redonner au mouvement conservateur l'élan nécessaire pour prendre le pouvoir à Ottawa.

Il faut dire que M. Lord gagne très bien sa vie dans le secteur privé à l'heure actuelle. Il siège à plusieurs conseils d'administration et il est aussi président-directeur général de l'Association canadienne des télécommunications sans fil.

Les deux autres candidats qui ont confirmé leurs intentions jusqu'ici sont les députés ontariens Michael Chong et Kellie Leitch. L'ancien ministre de la Défense Jason Kenney et l'homme d'affaires controversé Kevin O'Leary jonglent aussi avec l'idée de se lancer dans la course. Le nouveau chef du Parti conservateur sera élu dans un an, le 27 mai 2017.

UN PREMIER OUI AUX MARIAGES GAIS

Après un vibrant plaidoyer de la chef intérimaire, Rona Ambrose, les militants du Parti conservateur ont fait un premier pas vers la reconnaissance des mariages gais - une réalité sur le plan juridique depuis 2005 au Canada. Les militants ont en effet voté dans une proportion de deux contre un pour une résolution visant à retirer du programme du parti la définition du mariage selon laquelle il s'agit de l'union entre un homme et une femme. Cette résolution doit maintenant être entérinée aujourd'hui par l'ensemble des quelque 2500 membres. 

DÉCRIMINALISER LA POSSESSION DE MARIJUANA

Les militants se sont aussi prononcés pour une autre résolution qui aurait pour effet de décriminaliser la possession simple de marijuana alors que le gouvernement Trudeau a fait savoir qu'il comptait légaliser cette drogue douce d'ici un an. Même l'ancien député conservateur et ancien chef de la Police provinciale de l'Ontario Julian Fantino a plaidé pour la décriminalisation de la marijuana, faisant valoir qu'il valait mieux imposer une amende à tout individu qui se voit arrêter en possession de cette drogue que de l'accuser au criminel.

RONA AMBROSE ÉCARTÉE DE LA COURSE

Les membres du Parti conservateur ont résolument écarté le scénario qui aurait permis à la chef par intérim, Rona Ambrose, de briguer le poste permanent dans la course à la succession de Stephen Harper. Une motion de dernière minute réclamait un changement aux règles de la course pour qu'elle puisse se présenter, mais cette proposition a été rejetée hier au congrès du parti, qui se déroule en fin de semaine à Vancouver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer