PCC: après les adieux à Harper, les membres se mettent au boulot

Dans ses propos adressés aux membres du parti... (Photo Darryl Dyck, PC)

Agrandir

Dans ses propos adressés aux membres du parti jeudi soir, Stephen Harper a rapidement mentionné la campagne, ajoutant que ce n'était pas le temps de s'attarder au passé. Il a dit que le parti était en bonne posture et qu'il devait rester fort et uni jusqu'aux prochaines élections.

Photo Darryl Dyck, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Vancouver

Des milliers de membres du Parti conservateur se mettent au travail pour renouveler leur formation après avoir fait leurs adieux à l'ancien chef Stephen Harper.

La première journée complète du congrès des conservateurs, qui se tient à Vancouver, sera meublée par des débats intensifs tant sur le changement - ou non - de la position du parti en opposition au mariage de même sexe que sur la façon dont la formation fonctionne.

Une séance reviendra sur les raisons de la défaite électorale de l'automne dernier, où les conservateurs ont été relégués dans l'opposition après une campagne de 11 semaines.

Dans ses propos adressés aux membres du parti jeudi soir, Stephen Harper a rapidement mentionné la campagne, ajoutant que ce n'était pas le temps de s'attarder au passé. Il a dit que le parti était en bonne posture et qu'il devait rester fort et uni jusqu'aux prochaines élections.

Les délégués ont pu en savoir plus vendredi matin sur l'état des finances du parti lors d'une séance dédiée à la question. Stephen Harper avait d'ailleurs souligné la veille le travail du Fonds conservateur dans son discours, louangeant ses efforts à puiser dans les bases d'appuis du parti pour amasser de l'argent.

Mais certains enjeux sur la table sont source de grogne. En ce qui a trait à la façon dont l'argent est géré au sein du parti, notamment, des membres critiquent un manque de surveillance ainsi que le faible financement accordé aux associations de circonscriptions.

Bien que les raisons de la tenue d'un congrès de trois jours en Colombie-Britannique soient de parler politique interne, plusieurs aspirants-chefs espèrent par la même occasion rallier des appuis. Le vote qui déterminera qui remplacera la chef par intérim Rona Ambrose est prévu pour 2017. Trois candidats sont déjà officiellement dans la course, mais plusieurs autres pensent se lancer, profitant de la convention pour tâter le terrain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer