Boulerice tenté par la direction du NPD

Alexandre Boulerice est rapidement devenu un membre influent... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alexandre Boulerice est rapidement devenu un membre influent du NPD après avoir été élu à la Chambre des communes en 2011 avec la vague orange.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) L'un des candidats potentiels du Québec pour succéder à Thomas Mulcair, Alexandre Boulerice, reconnaît qu'il est en réflexion pour déterminer s'il se lancera ou non dans la course.

«J'ai besoin de prendre du temps, moi, avec ma famille, avec mes collègues de travail, pour voir est-ce que vraiment, on veut se lancer, est-ce que ça nous intéresse?», a déclaré M. Boulerice au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse, hier.

Le chef Thomas Mulcair s'est fait montrer la porte par les militants du NPD réunis en congrès à Edmonton dimanche. Une course à la direction pour lui trouver un successeur doit être déclenchée sous peu, et culminera par un vote d'ici 24 mois au plus tard.

Le député de Rosemont-La Petite-Patrie est le deuxième député à signaler ainsi son intérêt. En entrevue à CBC, hier, Nathan Cullen, le candidat qui a terminé troisième dans la course à la direction du parti en 2012, a lui aussi indiqué qu'il réfléchirait à la possibilité d'être encore une fois candidat.

«Parce que c'est un engagement de 15 à 20 ans, je ne devrais probablement pas prendre cette décision en 24 heures. J'y pense, j'en parle à mes amis et à ma famille d'abord», a indiqué M. Cullen.

Topp écarte l'idée

Parmi les autres candidats potentiels, Brian Topp, qui s'est classé deuxième derrière Thomas Mulcair lors de la course de 2012, a écarté la possibilité de tenter l'expérience de nouveau, dans un message publié sur Facebook. M. Topp est maintenant l'un des proches conseillers de la première ministre néo-démocrate de l'Alberta Rachel Notley.

Parmi les autres noms qui circulaient hier, on compte entre autres celui du chef adjoint du NPD de l'Ontario, Jagmeet Singh, celui du directeur national du parti, Karl Bélanger, et celui de l'ex-députée de Halifax Megan Leslie. Chez les élus québécois, le critique de la formation en matière de finance, Guy Caron, a affirmé: «Je ne ferme pas [la porte], mais je ne l'ouvre pas.»

Alexandre Boulerice a pour sa part indiqué que sa famille serait un facteur important dans sa décision. Le politicien de 42 ans a une famille reconstituée de quatre enfants âgés de 5 à 15 ans. 

«C'est sûr que si les enfants avaient 20 ans, ce serait un peu plus facile comme décision. Mais encore là, peut-être que ça peut valoir la peine encore de foncer. Mais ça, il faut s'asseoir...», a-t-il reconnu.

«On n'est pas pressés non plus», a-t-il poursuivi.

M. Boulerice a été élu à la Chambre des communes en 2011 avec la vague orange. Il est rapidement devenu un membre influent du parti, se faisant confier par Thomas Mulcair la responsabilité de courtiser les syndicats du Québec. Il a lui-même oeuvré comme conseiller en communications du Syndicat canadien de la fonction publique avant de se lancer en politique.

Ses contributions financières passées à Québec solidaire pourraient s'avérer l'une de ses faiblesses dans le reste du Canada : les conservateurs les avaient pris pour cible avant les dernières élections, talonnant le député montréalais à la Chambre des communes et le dépeignant comme un partisan de la cause souverainiste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer