L'ouverture du Parti libéral vue par ses adversaires

Une initiative libérale adoptée après les élections de... (PHOTO ARCHIVES PC)

Agrandir

Une initiative libérale adoptée après les élections de 2011 avait permis à de simples « sympathisants » de voter pour le prochain chef.

PHOTO ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier ministre Justin Trudeau bouscule les autres formations sur la scène fédérale en proposant de faire du Parti libéral du Canada (PLC) un mouvement politique plus ouvert auquel peuvent adhérer gratuitement les Canadiens de tous les horizons. Si tous les adversaires du PLC ne sont pas nécessairement favorables à cette approche, certains suivront les prochains développements avec attention - et pourraient même lui emboîter le pas.

TENDANCE OPPOSÉE CHEZ LES CONSERVATEURS

Le Parti conservateur (PCC) semble suivre la tendance opposée et a récemment décidé d'imposer une hausse des frais d'adhésion à 25 $ et de limiter le droit d'élire le chef aux personnes membres depuis au moins deux mois. « Notre parti est un fier parti populiste et ce sont les membres qui prennent ces décisions », a déclaré hier le porte-parole du PCC, Cory Hann, qui estime que les changements envisagés par les libéraux ont été dictés par le chef. « Nous allons tenir un congrès politique à la fin de mai et menons actuellement une course à la direction, ce qui permet aux membres de présenter et de débattre de grandes idées, et non pas d'imposer des décisions initiées au sommet. »

LE NPD PRÊT À EN DÉBATTRE

Au NPD, le directeur général Karl Bélanger a indiqué que des résolutions seront débattues par les militants au congrès du parti à Edmonton, ce week-end, qui pourraient avoir pour effet de modifier les règles entourant les membres. « Il y a différentes idées sur la table. On va en débattre. Mais la différence entre le NPD et le Parti libéral, c'est qu'au NPD, ce sont les membres et les militants qui prennent de telles décisions. Les changements sont proposés par la base, et elles ne sont pas imposées d'en haut », a dit M. Bélanger. Une des résolutions qui sera débattue serait de permettre aux sympathisants du parti qui ne sont pas membres en règle de participer à certaines décisions, comme l'élection d'un chef. M. Bélanger a toutefois précisé que la modification des règles entourant le « membership » est plus complexe, car le NPD est une fédération de partis provinciaux.

LE BLOC ATTENTIF

Au Bloc québécois, on compte suivre de près la situation au PLC. « Le Bloc québécois demeure attentif aux changements qui pourraient s'opérer en ce qui a trait aux modalités d'adhésion au sein du Parti libéral fédéral. Bien que leur démarche puisse susciter un certain intérêt et pousser à la réflexion, cette question ne figure pas parmi celles dont discutent les militants bloquistes pour le moment », a déclaré le directeur général du Bloc québécois, Stevens Héroux.

NOUVELLES RÈGLES AU PLC

Durant une réunion du Conseil national du PLC le week-end dernier, le chef libéral Justin Trudeau a proposé de réunir les 18 constitutions du parti en une seule et d'abolir les frais d'adhésion pour devenir membre du parti. Quiconque pourrait s'inscrire et participer aux débats politiques au sein de la formation ou à l'élection d'un chef. Cette proposition, qui doit être adoptée par les membres lors du prochain congrès à Winnipeg en mai, donne suite à l'initiative libérale adoptée après les élections de 2011 qui a permis à de simples « sympathisants » de voter pour le prochain chef.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer