Ottawa accepte que Dany Villanueva demeure au Canada

Dany Villanueva... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dany Villanueva

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dany Villanueva, dont le jeune frère Fredy a été tué lors d'une intervention policière à Montréal-Nord en 2008, vient d'obtenir l'autorisation du ministre de l'Immigration pour rester au Canada malgré ses antécédents criminels qui lui avaient valu une mesure d'expulsion vers son Honduras natal.

Un représentant du ministre John McCallum a écrit à M. Villanueva cette semaine pour lui dire que sa demande d'Évaluation des risques avant renvoi (ERAR) a été acceptée. Cela signifie que pour le ministre, les risques encourus par le jeune homme s'il est renvoyé au Honduras pèsent plus lourd dans la balance que la menace hypothétique qu'il pourrait représenter au Canada en raison de son passé criminel. Ce genre de décision est rarissime au Canada.

«Je considère que c'est une grosse victoire. Pour moi, c'est une excellente décision compte tenu de la preuve au dossier. Maintenant, ça va être à M. Villanueva de saisir la chance que lui offre le ministre», a commenté ce matin son avocat, Me Stéphane Handfield.

Un appui de Justin Trudeau

Dans sa demande de sursis, Dany Villanueva avait notamment déposé une lettre de Justin Trudeau, alors député de Papineau, qui plaidait en sa faveur.

Dany Villanueva, qui a déjà frayé avec les gangs de rue, a eu maille à partir à quelques reprises avec la justice, notamment pour une affaire de vol qualifié. Comme il n'est pas citoyen canadien, il avait été déclaré «interdit de territoire» pour «grande criminalité».

En septembre 2014, après avoir étudié son dossier, des fonctionnaires avaient recommandé au ministre de lui accorder un sursis en raison de la situation d'insécurité généralisée au Honduras. Son avocat avait notamment plaidé qu'en raison de ses tatouages et de la médiatisation de son dossier, Dany Villanueva risquait d'être pris à partie par des gangs honduriens.

Depuis, la décision du ministre se faisait attendre. Un nouveau ministre est entré en fonction avec l'élection du Parti libéral. «Depuis les derniers mois, je constate qu'il y a vraiment un changement de mentalité et d'attitude au sein du ministère, c'est le jour et la nuit», a commenté Me Handfield.

Autre demande

Le sursis obtenu par Dany Villanueva n'en fait pas un résident permanent. S'il commet un nouveau crime ou si la situation change au Honduras, le ministre peut changer d'avis à tout moment.

Le jeune homme a aussi présenté une demande pour retrouver sa résidence permanente sur la base de motifs humanitaires, ce qui annulerait l'interdiction de territoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer