Ottawa s'apprête à resserrer les règles sur les entrées au pays

Les autorités canadiennes évaluent à «plus de trois... (PHOTO EDOUARD-PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Les autorités canadiennes évaluent à «plus de trois millions de personnes», le nombre de voyageurs concernés chaque année. Sur notre photo, les bornes automatisées à la douane canadienne dans l'aéroport Montréal-Trudeau.

PHOTO EDOUARD-PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Ottawa

Le Canada va resserrer ses règles d'entrée sur son territoire dès le 15 mars, ce qui obligera les voyageurs originaires de pays normalement exemptés de visas, tels que les États européens, à demander une «Autorisation de voyage électronique» (AVÉ) payante.

Équivalent canadien du Programme de dispense de visa (ESTA) mis en place par les États-Unis depuis 2008, l'AVÉ concerne les citoyens de «plus d'une cinquantaine de pays et territoires» qui devront donc désormais s'enregistrer en ligne et défrayer des coûts de 7 dollars canadiens.

Une fois le formulaire électronique rempli, l'autorisation de se rendre au Canada, ou simplement d'y transiter, sera adressée par courriel et sera en vigueur pendant cinq ans.

Les autorités canadiennes évaluent à «plus de trois millions de personnes», le nombre de voyageurs concernés chaque année. «C'est pour cela que l'on a cherché à concevoir un système des plus simples» à utiliser, a dit à l'AFP Robert Orr, haut-fonctionnaire au ministère canadien de l'Immigration qui a dirigé cette réforme.

L'AVÉ «va permettre au Canada de scanner tous les voyageurs, et de vérifier leur admissibilité, avant qu'ils ne prennent la route du Canada», a expliqué M. Orr.

Les services de renseignement canadiens procèdent déjà à l'étude des listes de passagers des compagnies aériennes «mais pas d'une manière systématique», a-t-il souligné.

Les douaniers canadiens feront preuve «d'indulgence» dans les premiers temps pour les voyageurs n'étant pas au courant de la réforme, a assuré M. Orr.

Avec 463 000 touristes qui ont visité le Canada en 2014, la France est le troisième pays le plus concerné par ce nouveau programme, derrière le Royaume-Uni (à qui s'applique aussi cette mesure) et la Chine (dont les ressortissants ont besoin d'un visa).

«Il est tout à fait légitime que les Canadiens mettent cela en place (...) compte tenu du danger terroriste», a déclaré à l'AFP le député des Français d'Amérique du Nord, Frédéric Lefebvre, appelant même à la mise en place d'un tel système aux frontières européennes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer