L'hymne national est sexiste selon un député libéral

Les libéraux formant maintenant un gouvernement majoritaire, Mauril Bélanger... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Les libéraux formant maintenant un gouvernement majoritaire, Mauril Bélanger croit qu'il devrait facilement pouvoir permettre aux femmes de se sentir enfin incluses dans l'hymne national.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joan Bryden
La Presse Canadienne
Ottawa

Ce n'est pas parce que le député libéral Mauril Bélanger est en train de perdre la voix qu'il ne tentera pas pour la deuxième fois de changer les paroles en anglais du Ô Canada afin de débarrasser l'hymne national de sa connotation sexiste.

M. Bélanger, dont les cordes vocales ont été atteintes par la maladie de Lou Gehrig, est déterminé à faire en sorte que la chanson cesse d'insinuer que le patriotisme est seulement une affaire d'hommes.

Le député a donc l'intention de représenter très bientôt son projet de loi d'initiative parlementaire qui modifierait deux mots dans la seconde phrase de la version anglaise de l'hymne, remplaçant «true patriote love in all thy sons command» («un vrai amour de la patrie anime tous tes fils») par «true patriote love in all of us command» (un vrai amour de la patrie nous anime tous»).

Mauril Bélanger avait soumis un projet de loi identique lors de la dernière session parlementaire. Il avait été rejeté en deuxième lecture au mois d'avril par un vote serré de 144 contre 127. À l'époque, tous les députés des partis de l'opposition avaient appuyé le projet, mais presque tous les députés conservateurs s'étaient prononcés contre lui.

Les libéraux formant maintenant un gouvernement majoritaire, M. Bélanger croit qu'il devrait facilement pouvoir permettre aux femmes de se sentir enfin incluses dans l'hymne national.

L'adoption du projet de loi serait une belle conclusion pour la carrière du député libéral, à qui les médecins ont diagnostiqué la sclérose latérale amyotrophique (SLA) un mois après les élections du 19 octobre. Mieux connue sous le nom de la maladie de Lou Gehrig, la SLA est un mal incurable, progressif et neurodégénératif qui affaiblit les muscles, provoque de la paralysie et, éventuellement, cause de l'insuffisance respiratoire.

«Je suis toujours décidé à proposer cette initiative législative», a récemment écrit Mauril Bélanger sur sa page Facebook.

«J'ai l'intention de présenter mon projet de loi lorsque la Chambre des communes reprendra ses travaux à la fin du mois de janvier 2016 et je m'attends à ce qu'il soit débattu aux alentours d'avril.»

M. Bélanger a ajouté que l'objectif du projet était de «rendre hommage à toutes les femmes qui ont travaillé et se sont battues pour construire le Canada que nous connaissons aujourd'hui et finalement honorer leurs sacrifices et leurs contributions».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer