Trudeau incité à approfondir les liens avec l'Arabie Saoudite

Les intérêts du Canada dans la région agitée... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Les intérêts du Canada dans la région agitée sont énoncés en détail dans un document préparé pour M. Trudeau. Sur notre photo, le roi saoudien.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mike Blanchfield
La Presse Canadienne
OTTAWA

Les fonctionnaires fédéraux ont dit au premier ministre Justin Trudeau que les intérêts stratégiques du Canada seraient mieux servis s'il approfondissait les relations économiques du pays avec l'Arabie saoudite en raison de la position de force du royaume dans la région du golfe du Persique.

Cette suggestion semble expliquer pourquoi les libéraux ont écarté la possibilité d'annuler un contrat d'une valeur de 15 milliards de dollars pour la vente de véhicules blindés légers à l'Arabie saoudite, un appel à l'action réitéré par certains après que le royaume eut annoncé la fin de semaine dernière avoir exécuté 47 personnes, dont un chef religieux chiite bien connu.

Les responsables fédéraux ont également conseillé à M. Trudeau d'envisager la possibilité d'une levée de sanctions contre l'Iran si elle se soumet comme prévu à l'accord nucléaire conclu entre la Rébublique islamique et les six puissances mondiales - une possibilité qui semblait imminente mercredi.

Ces éléments font partie du document d'information remis au premier ministre Justin Trudeau après son élection. La Presse Canadienne a obtenu un exemplaire du dossier en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

L'exécution du cheikh Nimr al-Nimr a provoqué de nouvelles tensions entre l'Arabie saoudite principalement sunnite et l'Iran chiite, suscitant des craintes sur la possibilité d'un conflit direct entre les deux pays.

Contrat lucratif

Les intérêts du Canada dans la région agitée sont énoncés en détail dans le document préparé pour M. Trudeau, qui se retrouve sous pression concernant un contrat lucratif d'une entreprise de l'Ontario avec le royaume saoudien.

«L'approfondissement des relations stratégiques avec les pays du Conseil de coopération du Golfe serviraient les intérêts commerciaux, et possiblement sécuritaires du Canada», est-il écrit. On souligne d'ailleurs que l'Arabie saoudite est le principal joueur de cette organisation, qui regroupe les Émirats arabes unis (EAU), le Bahreïn, le Koweït, l'Oman et le Qatar.

«Les engagements bilatéraux actuels se concentrent particulièrement sur l'Arabie saoudite et les EAU. L'Arabie saoudite est un pouvoir régional, le seul pays dans le G20. C'est un acteur clé pour la sécurité énergétique dans le monde et le plus grand partenaire commercial du Canada dans la région», poursuivent les fonctionnaires.

Ils notent également qu'il y a dans la région du Golfe plusieurs possibilités de commerce et d'investissements pour le Canada puisque les économies «se diversifient dans des domaines forts au Canada, dont le secteur financier, l'éducation, les services de santé, l'agriculture et l'infrastructure».

Droits de la personne ?

La version caviardée du document n'aborde pas les droits de la personne, comme le cas du blogueur emprisonné Raïf Badawi, dont la famille est maintenant installée à Sherbrooke.

Une section qui aborde les «réformes sociales et politiques graduelles et consensuelles» que pourrait soutenir le Canada a été presque complètement caviardée.

En décembre, le ministre canadien des Affaires étrangères Stéphane Dion a rencontré son homologue saoudien et a demandé la clémence pour M. Badawi, qui a été condamné à dix ans de prison et à mille coups de fouet pour avoir critiqué le pouvoir en place au royaume.

Il y a quelques jours, après l'annonce des exécutions, M. Dion a appelé l'Arabie saoudite à «protéger les droits de la personne, à respecter les manifestations pacifiques de dissidence et à assurer l'équité dans les procédures judiciaires».

Alex Neve, qui dirige Amnistie internationale Canada, estime que les commentaires de M. Dion «sortaient un peu de l'ordinaire» si on les compare avec les propos des précédents gouvernements qui s'étaient montrés plutôt timides sur le sujet.

Il a toutefois fait valoir que ces commentaires devraient maintenant se refléter sur la question du contrat militaire conclu avec le gouvernement saoudien.

Un porte-parole de M. Dion a précisé que le contrat entre les Saoudiens et l'entreprise General Dynamics Land Systems Canada ne serait pas annulé parce qu'il avait les licences d'exportation nécessaires.

Les exportations canadiennes sont «examinées attentivement et les enjeux sur les droits de la personne sont pris en compte avant d'émettre une licence», a expliqué Adam Barratt.

Lors de la dernière campagne électorale, tant le premier ministre sortant, Stephen Harper, que Justin Trudeau, ont dit qu'ils respecteraient l'entente.

Tensions sectaires

Il y a quelques jours, M. Dion a également exprimé ses inquiétudes sur la possibilité que les tensions sectaires «s'enflamment davantage» dans la région avec ces 47 exécutions.

Fen Hampson, un expert en sécurité internationale au Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale, a indiqué que la rupture des relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran - les deux pouvoirs islamiques de la région - pourrait résulter en un conflit armé entre les pays au-delà des guerres menées par leurs intermédiaires en Irak, en Syrie et au Yémen.

«Cela n'augure pas bien pour la stabilité politique dans la région, qui s'est aggravée par les inquiétudes des Saoudiens sur l'implantation de l'accord nucléaire avec Téhéran», a-t-il analysé.

Quant à l'Iran, M. Trudeau s'était engagé à rouvrir l'ambassade du Canada à Téhéran et à rétablir les relations diplomatiques avec le pays, mais rien n'a encore été annoncé formellement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer