Trudeau fait un parallèle entre Trump et la Charte des valeurs

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau... (Photo Pascal Ratthé, La Presse)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Photo Pascal Ratthé, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Justin Trudeau a fait un parallèle entre les commentaires de Donald Trump sur les musulmans et le débat sur le niqab ou la défunte charte des valeurs du Québec, lors d'une séance de questions-réponses à Ottawa mercredi.

En répondant à une question conjointe du public et d'une journaliste, le premier ministre a commencé par dire qu'il doit prendre garde de ne pas s'immiscer dans le processus électoral en cours aux États-Unis. «Je crois qu'il sera important pour les emplois et la prospérité canadienne d'être capable d'avoir une relation positive avec quiconque sera choisi par les Américains pour être leur président», a dit M. Trudeau en anglais.

>>> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

«Cependant, a-t-il poursuivi, je crois que personne ne sera surpris d'entendre que je suis contre la politique de la division, la politique de la peur, la politique de l'intolérance ou la rhétorique de la haine.»

«J'ai clairement pris position contre cela dans la charte des valeurs, les enjeux de division mis de l'avant par l'ancienne première ministre du Québec, a ajouté M. Trudeau. J'ai fermement pris position contre les jeux dangereux joués par l'ancien gouvernement avec le voile et les enjeux de citoyenneté.»

Dans la foulée des attentats de Paris et de la Californie, le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump a proposé de fermer la porte des États-Unis à l'immigration et aux visiteurs de religion musulmane.

La charte des valeurs du Québec proposée par l'ancienne première ministre Pauline Marois visait entre autres à interdire le port de signes religieux dans la fonction publique de la province. De plus, lors des dernières élections fédérales, le Parti libéral du Canada a dénoncé la position du gouvernement Harper de forcer les femmes musulmanes à se découvrir le visage lors des cérémonies de prestation de serment de citoyenneté.

Justin Trudeau a affirmé mercredi que «la peur ne nous rend pas plus en sécurité, elle nous affaiblit», lors d'une séance de questions-réponses organisée par le magazine Maclean's. «Et de dépeindre le groupe armé État islamique de manière à englober tous les musulmans n'est pas seulement ignorant, c'est irresponsable.»

Parmi les autres sujets abordés, le premier ministre a fermé la porte à la possibilité de hausser la TPS pour financer ses nombreuses promesses électorales, alors que le déficit fédéral s'est avéré plus important que prévu et que ses baisses d'impôts à la classe moyenne coûteront aussi plus cher qu'annoncé durant la campagne.

Il a par contre laissé la porte légèrement ouverte à la demande de l'opposition conservatrice de soumettre la question de la réforme du système électoral canadien à un référendum populaire. Le PLC s'est engagé à entreprendre une consultation en ce sens et à faire en sorte que les élections fédérales de 2015 aient été les dernières à être menées selon le système actuel de vote uninominal à un tour.

«Nous nous sommes engagés à mener de vastes consultations auprès du plus grand nombre de Canadiens possibles, dans le plus grand nombre possible de communautés et d'organisations, incluant les partis politiques, a déclaré M. Trudeau. Nous allons aller de l'avant avec cela et nous verrons où ça nous mène.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer