Épuisés, les conservateurs repousseraient la course à la direction

Derrière les conservateurs d'expérience qui prendront place sur les bancs de... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennifer Ditchburn
La Presse Canadienne
OTTAWA

Derrière les conservateurs d'expérience qui prendront place sur les bancs de l'opposition de la Chambre des communes, cette semaine, se cache un parti épuisé, en transition organisationnelle, qui tarde à déclencher une course au leadership pour remplacer l'ancien chef, Stephen Harper.

Un consensus a commencé à émerger au sein du caucus: le parti devrait prendre le temps de se ressaisir et remettre au début 2017 sa course à la direction. Selon des sources de l'intérieur du parti, lorsque la députée ontarienne Kellie Leitch a semblé sur le point d'annoncer sa candidature, elle a reçu peu d'appui et  suscité peu de réactions de collègues et membres du parti.

D'après un conservateur de longue date ayant des liens avec un candidat potentiel, qui a requis l'anonymat, les gens de l'organisation sont épuisés et ne veulent pas s'embarquer maintenant dans une course à la direction.

Cela ne signifie pas que les intéressés ne feront pas campagne au cours de l'année.

Le parti a décidé d'organiser son congrès habituel en mai, à Vancouver, où le principal objectif sera d'élire de nouveaux responsables, dont un président.

Ce sera également le premier congrès conservateur depuis le rassemblement inaugural, en 2005, où Stephen Harper ne sera pas chef. Il y aura là un vide de pouvoir que les plus ambitieux voudront remplir.

Ces élections internes ont donc le potentiel de devenir une bataille entre les candidats pour le contrôle du parti, ou, à tout le moins, une occasion pour eux d'être vus et entendus par les membres.

Le conseil national du parti doit se rencontrer cette semaine pour décider de la composition du comité organisateur, qui établira les règles de la course. Présentement, seuls le président, le vice-président et le secrétaire du parti siègent à ce comité.

Un autre dossier à aborder sera celui de la dette post-électorale. Bien qu'Élections Canada envoie des millions de dollars en déductions d'impôt pour l'argent dépensé durant la campagne électorale, il pourrait être difficile d'amasser des fonds après une défaite et avec un chef intérimaire.

D'ici là, c'est à Rona Ambrose que revient la tâche de reconstituer le bureau de la direction, qui a été pratiquement déserté après les élections fédérales.

Un conservateur d'expérience, Garry Keller, a été nommé chef de cabinet et Mme Ambrose a nommé au cabinet fantôme des politiciens qui connaissent bien la Chambre des communes. Lisa Raitt, Tony Clement, Michelle Rempel et Maxime Bernier, tous des candidats potentiels à la succession de M. Harper, en font partie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer