Le Canada bombarde l'État islamique en Irak

La Force opérationnelle aérienne en Irak compte sur... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La Force opérationnelle aérienne en Irak compte sur six avions de chasse CF-18 Hornet (photo), un aéronef de ravitaillement et deux aéronefs de patrouille.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Des avions de chasse canadiens ont mené des frappes aériennes contre le groupe État islamique (EI), dimanche, dans l'ouest de l'Irak, ont confirmé à La Presse les Forces armées canadiennes. Ce sont les premiers bombardements ordonnés par le Canada depuis les attentats de Paris et les sixièmes à avoir lieu ce mois-ci. On ignore toutefois dans quelle mesure ces frappes sont liées aux évènements tragiques de vendredi.

Deux chasseurs CF-18 Hornet ont «frappé une position de combat du groupe EIIS [État islamique] au sud-ouest de Haditha à l'aide de munitions à guidage de précision», peut-on lire sur la page web de l'opération Impact de l'armée canadienne. Les deux avions de chasse participaient alors à des frappes aériennes de la coalition en soutien aux opérations offensives des forces de sécurité irakiennes.

L'armée canadienne refuse de dire si ces bombardements sont directement liés aux attaques de Paris, revendiqués par l'EI. «Il s'agit de frappes faites dans le cadre de la participation canadienne. Le gouvernement canadien a réitéré son engagement à poursuivre sa participation militaire dans la lutte au terrorisme, mais en ciblant ses efforts sur la formation des forces kurdes», a indiqué par courriel Tina Crouse, porte-parole de la Défense nationale.

Accent sur l'aide humanitaire

Au sommet du G20 samedi, le premier ministre Justin Trudeau avait réitéré sa volonté de mettre fin à la participation du Canada aux opérations militaires de la coalition internationale dans un délai «responsable» pour se concentrer sur l'aide humanitaire et la formation des troupes locales. Toutefois, le leader libéral n'a pas encore donné de calendrier précis à ce sujet.

La chef intérimaire du Parti conservateur Rona Ambrose a appelé samedi le premier ministre à revenir sur sa promesse électorale en raison des attentats de Paris. «Je tiens à bien faire comprendre que nous pensons que le Canada ne devrait pas retirer l'aviation royale canadienne de la coalition qui lutte actuellement contre le groupe État islamique», avait-elle indiqué.

Vendredi, avant les attentats de Paris, deux chasseurs canadiens avaient également participé à des frappes aériennes de la coalition à une centaine de kilomètres de Haditha, dans l'ouest de l'Irak. «Deux CF-18 Hornet ont frappé une enceinte de groupe EIIS [État islamique] et deux positions de combat du groupe EIIS dans les environs de Ramadi à l'aide de munitions à guidage de précision», indique le site web de l'armée canadienne.

Plus tôt dans le mois, les chasseurs canadiens ont bombardé à quatre reprises des positions de l'EI en Irak. En date de mercredi dernier, la Force opérationnelle aérienne en Irak avait mené 1731 sorties aériennes. Elle compte sur six avions de chasse CF-18 Hornet, un aéronef de ravitaillement et deux aéronefs de patrouille.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer