La sécurité des Canadiens prime pour Trudeau

Justin Trudeau a fait savoir qu'il a toujours la... (PHOTO PC)

Agrandir

Justin Trudeau a fait savoir qu'il a toujours la ferme intention de mettre fin à la participation du Canada aux frappes aériennes contre des cibles de l'EI en Irak et en Syrie.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Une série d'attentats à la ceinture explosive et à l'arme automatique a fait au moins 129 morts, vendredi 13 novembre 2015, à Paris. Il s'agit d'un carnage sans précédent, qualifié d'«acte de guerre» par le président François Hollande. La série d'attaques a été perpétrée par trois équipes de terroristes coordonnées. En tout, sept terroristes ont été retrouvés morts. »

(ANTALYA, TURQUIE) Le premier ministre canadien Justin Trudeau affirme que son gouvernement met tout en oeuvre pour assurer la sécurité des Canadiens dans la foulée des attentats terroristes de Paris qui ont fait plus de 130 morts et ont été revendiqués par le groupe armé État islamique (EI).

Alors que certains leaders du G20 estiment qu'il faut accentuer la lutte contre l'EI, dont le président des États-Unis Barack Obama, M. Trudeau s'est bien gardé de modifier ses intentions en matière de lutte contre le terrorisme, tout en assurant que la sécurité des Canadiens est sa priorité.

«La sécurité des Canadiens est une priorité pour moi et pour mon gouvernement. Je me suis entretenu avec le ministre de la Sécurité publique et avec les diverses agences de sécurité pour s'assurer que les Canadiens soient en sécurité. Évidemment, c'est un sujet que l'on aborde avec les autres leaders ici pour assurer la sécurité de nos citoyens», a affirmé le premier ministre, dimanche, au premier jour du sommet.

M. Trudeau a fait cette déclaration avant sa rencontre bilatérale avec le président du Mexique, Enrique Peña Nieto, au cours de laquelle le premier ministre a réitéré son intention d'éliminer les visas imposés aux ressortissants mexicains.

Parallèlement, le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale a fait savoir que «même si le niveau de menace du pays demeure le même, nous sommes extrêmement vigilants au Canada».

Accentuer la lutte

Il s'agissait de la première déclaration de M. Trudeau aux journalistes canadiens depuis le début de son périple à l'étranger sur la réponse que doit donner la communauté internationale aux attentats de Paris. Les autres leaders ont pour leur part multiplié les déclarations d'appui au peuple français depuis les événements tragiques et ont souligné l'importance d'accentuer la lutte contre le terrorisme. Les États-Unis ont d'ailleurs confirmé dimanche qu'ils intensifieront la campagne contre l'EI en Syrie et en Irak, de concert avec la France.

«Le meurtre de gens innocents, en invoquant une idéologie tordue, constitue une attaque non seulement contre la France, ou la Turquie, mais une attaque contre tout le monde civilisé», a  otamment déclaré le président des États-Unis Barack Obama.

«Nous en sommes désormais à un point où les mots ne sont d'aucun secours dans la lutte contre le terrorisme. Nous en sommes maintenant à un stade où [la lutte] doit être une priorité», a pour sa part affirmé le président turc.

Les dirigeants du G20 ont l'intention de condamner avec fermeté les attentats «haineux» de Paris dans un des communiqués finaux. Ils comptent souligner qu'ils sont «unis dans la lutte contre le terrorisme» et qu'il ne faut pas associer les attaques de Paris à une religion particulière, une nationalité ou un groupe.

Les leaders réaffirmeront aussi leur volonté de tarir les sources de financement des groupes terroristes et de geler tous les avoirs qui pourraient leur être destinés.

Maintenir le combat contre l'EI

La lutte contre le terrorisme s'est déjà imposée comme le sujet dominant du sommet du G20. Malgré tout, le premier ministre Justin Trudeau s'en est tenu jusqu'ici à son plan de match. Par la voix d'un porte-parole, il a fait savoir qu'il a toujours la ferme intention de mettre fin à la participation du Canada aux frappes aériennes contre des cibles de l'EI en Irak et en Syrie et de rapatrier au pays les six avions de chasse CF-18 dans un délai «responsable». Le gouvernement Trudeau souhaite mettre davantage l'accent sur l'aide humanitaire et sur la formation des troupes locales dans le nord de l'Irak pour contrer la menace que représente le groupe EI.

Mais à la suite des attentats de Paris, plusieurs voix ont commencé à s'élever au pays pour maintenir aussi la mission de combat, dont celle du premier ministre du Québec Philippe Couillard et du premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall.

«Nous continuons de faire partie de la coalition. Je crois qu'il faut faire partie de la lutte visant à anéantir l'EI. Nous nous interrogeons seulement sur la meilleure façon de le faire», a dit le ministre des Finances Bill Morneau, dimanche soir.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer