Gilles Duceppe quittera la direction du Bloc

Gilles Duceppe, qui a été élu aux Communes... (PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Gilles Duceppe, qui a été élu aux Communes de 1990 à 2011, a de nouveau été battu par la néo-démocrate Hélène Laverdière.

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe fait fi de l'appel lancé par Pierre Karl Péladeau. Il annoncera jeudi qu'il tire sa révérence et démissionne de son poste après avoir subi une nouvelle défaite dans Laurier Sainte-Marie aux élections.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a indiqué mercredi qu'il souhaitait que Gilles Duceppe, toujours en réflexion sur son avenir politique, reste à la tête du Bloc québécois. Le scrutin de lundi marque un nouveau recul dans l'appui au mouvement souverainiste. Avec 19% des suffrages, le Bloc atteint un nouveau plancher. 

Le Bloc se choisira rapidement un nouveau président - celui qui occupait le poste, Mario Beaulieu, a été élu aux Communes. Une femme est pressentie. Pour les travaux parlementaires, un chef intérimaire sera désigné, l'avocat Rhéal Fortin élu lundi dans Rivière du Nord, dans les Laurentides.

Pour M. Péladeau toutefois, l'expérience politique de Gilles Duceppe aurait été un avantage pour le Bloc dans les prochains mois. «Je pense que c'est un atout majeur, et je souhaite qu'il reste chef du Bloc», a-t-il dit mercredi, dans un échange avec la presse parlementaire.

M. Duceppe, élu aux Communes de 1990 à 2011, maîtrise bien l'ensemble des dossiers fédéraux, est particulièrement sensible aux intrusions fédérales dans les compétences des provinces, avait relevé M. Péladeau. Le fait de n'avoir pas été élu ne devrait pas empêcher M. Duceppe de diriger le parti, selon lui.

Comme René Lévesque

Raymond Archambault, le président du Parti québécois était du même avis, M. Duceppe devrait rester. «René Lévesque avait longtemps été chef du PQ sans être élu à l'Assemblée nationale», de rappeler l'ex-journaliste. René Lévesque était chef du PQ depuis sa formation en 1968, le parti avait des députés à l'Assemblée nationale dès 1970, mais M. Lévesque n'avait été élu qu'en novembre 1976.

Mardi, M. Duceppe, qui s'était fait à nouveau battre par la néo-démocrate Hélène Laverdière, avait indiqué qu'il indiquerait jeudi ce qu'il avait décidé quant à son avenir. 

Il avait remplacé au pied levé le chef bloquiste Mario Beaulieu avant l'été devant l'évidence que la direction de l'ancien président de la Société Saint-Jean Baptiste ne parviendrait pas à attirer les électeurs. Le Bloc a fait élire dix députés lundi, une augmentation par rapport aux quatre sièges sauvés aux élections de 2011. Au cours du mandat toutefois, il avait perdu deux joueurs, et avait entrepris la dernière campagne avec seulement deux députés.

Quel avenir pour Duceppe?

Les opinions de certains anciens élus divergent lorsqu'ils se prononcent sur l'avenir politique de Gilles Duceppe.

Johanne Deschamps, qui représentait auparavant la circonscription de Laurentides-Labelle aux Communes, espère de tout coeur que M. Duceppe s'accrochera malgré ses revers de fortune.

Cette ex-députée bloquiste continue de croire qu'il est «l'homme de la situation» vu sa «rigueur», sa «vaste expérience», ses «excellentes idées» et sa capacité à «maîtriser ses dossiers sur le bout de ses doigts».

Elle estime que Gilles Duceppe a su démontrer de manière incontestable qu'il a toujours sa place dans l'arène publique et qu'il a la capacité de rebondir en situation d'adversité lors de la dernière campagne.

Mme Deschamps est d'avis qu'il a alors su dynamiser de nouveau un parti qui, aux yeux de plusieurs observateurs, était devenu carrément moribond après sa débandade de 2011.

«Quatre ans plus tard, il était très bon, il était présent sur le terrain. Il a tout donné pour pouvoir réunir autour de lui un maximum de gens .... Son retour a créé une espèce de mouvance chez les militants», analyse-t-elle.

Son ancien collègue Claude Bachand pèse davantage ses mots lorsqu'il dresse le bilan de la course électorale qui vient de se terminer.

«Je trouve que M. Duceppe a quand même eu du mérite de revenir. Cependant, je vous avoue que ça manquait d'originalité. Il faisait le même type de campagne qu'auparavant. Ce n'était pas nécessairement mauvais mais ... je me suis rendu compte que ce n'était pas ça que les citoyens voulaient», juge-t-il.

Cet ancien député bloquiste de Saint-Jean reconnaît ouvertement que Gilles Duceppe est «un personnage extrêmement brillant».

Par contre, il pense qu'il doit passer le flambeau à quelqu'un d'autre qui pourrait insuffler un vent de renouveau au sein de la seule formation indépendantiste représentée au Parlement canadien.

«Ça ne va pas bien. Il faut s'en rendre compte.  Ça va être difficile si on ne change pas notre fusil d'épaule. Si on ne fait pas un examen de conscience, la pente va être dure à remonter», évalue M. Bachand.

Il soutient que l'éventuel successeur du leader bloquiste n'aurait pas nécessairement besoin d'être issu de la députation actuelle.

«S'il y a des gens qui se manifestent et que la société leur fait confiance, je ne vois pas pourquoi on leur refuserait la possibilité de devenir chef. Il pourrait y avoir des candidats qui se développeraient, qui auraient une grande crédibilité et une capacité d'accrocher l'imaginaire populaire», envisage-t-il.

Claude Bachand admet du bout des lèvres que le défi pourrait l'intéresser, mais il s'empresse de nuancer sa position.

«J'aimerais ça, c'est sûr, mais il faudrait que je me fasse plus connaître, que des gens m'approchent pour me dire: »tu devrais essayer». Si je n'ai pas ça, moi, je n'y vais pas. Je ne m'imposerai pas», conclut-il d'un ton catégorique.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer