L'élection de Trudeau, un «germe» de collision Ottawa-Québec, dit Lisée

L'élection de Justin Trudeau pourrait fouetter les ardeurs... (photo NICHOLAS KAMM, agence france-presse)

Agrandir

L'élection de Justin Trudeau pourrait fouetter les ardeurs souverainistes, croit le député péquiste Jean-François Lisée.

photo NICHOLAS KAMM, agence france-presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'élection d'un premier ministre fermement fédéraliste et multiculturaliste constitue un « germe » de collision potentielle entre Ottawa et le Québec qui pourrait profiter au mouvement souverainiste, a analysé le député péquiste Jean-François Lisée, hier, en entrevue avec La Presse.

Pour Justin Trudeau, « il n'y a qu'une identité valable : c'est l'identité canadienne et la Charte des droits », a-t-il affirmé. « Sur ces questions identitaires, il va être constamment en porte-à-faux avec les Québécois, dont beaucoup de ceux qui ont voté pour lui. »

M. Lisée est ainsi allé encore plus loin que son chef, qui se limitait hier à nier l'existence de quelque lien que ce soit entre les résultats décevants du Bloc québécois et la vigueur de l'option souverainiste.

« C'est une élection qui ne concerne pas la souveraineté », a affirmé hier Pierre Karl Péladeau, dans un corridor de l'Assemblée nationale. 

« J'ai rencontré des souverainistes qui m'ont dit qu'ils allaient voter libéral, d'autres pour les néo-démocrates, parce que leur volonté était de congédier le gouvernement Harper. »

Jean-François Lisée a essentiellement posé le même diagnostic que M. Péladeau, tout en admettant qu'il est certain « que si le Bloc avait eu la majorité des députés, ce serait un signe de plus grande santé du mouvement souverainiste ».

L'ex-candidat à la direction du Parti québécois a ajouté que c'est en 2018 - lors des prochaines élections provinciales - que la vigueur du mouvement pourra véritablement être testée. D'ici là, il y a un moment où le Québec « va se heurter à cette vision très "Pierre-Trudeauiste" du Canada que son fils Justin incarne sans aucune restriction ». Et qui pourrait être féconde pour le Parti québécois, ainsi que pour ses alliés.

« C'est certain que le germe il est là, a exposé le député. C'est toujours le multiculturalisme canadien contre la volonté du Québec de se définir de façon distincte. Ce conflit-là n'est pas seulement irrésolu. Il semble s'aggraver à mesure que l'on a de nouveaux défis comme celui du niqab. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer