La ministre d'État Lynne Yelich est écartée par les militants conservateurs

La ministre d'État aux Affaires étrangères et consulaires,... (Photo Adrian Wyld, La Presse canadienne)

Agrandir

La ministre d'État aux Affaires étrangères et consulaires, Lynne Yelich.

Photo Adrian Wyld, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz LA PRESSE CANADIENNE
La Presse Canadienne
OTTAWA

La ministre d'État aux Affaires étrangères et consulaires, Lynne Yelich, n'a pas été choisie par les militants conservateurs pour être candidate dans une circonscription nouvellement créée, en Saskatchewan.

Mme Yelich, députée de Blackstrap depuis 2000, a été défaite par le journaliste sportif Kevin Waugh, qui s'était lancé le mois dernier seulement dans la course à l'investiture pour la nouvelle circonscription de Saskatoon-Grasswood, créée à la suite du redécoupage de la carte électorale. La circonscription de Blackstrap, jusqu'ici un mélange de populations urbaines et rurales, a ainsi été coupée en deux, et la députée Yelich avait opté pour le plus urbain des deux nouveaux comtés.

Plusieurs députés conservateurs ont dû affronter une certaine opposition afin d'être choisis candidats dans de nouvelles circonscriptions au pays suite au redécoupage, mais un seul autre aura connu le sort de Mme Yelich. Le vétéran député conservateur Rob Anders a mordu la poussière, et plutôt deux fois qu'une, dans deux circonscriptions différentes de la région de Calgary.

Par ailleurs, un seul autre membre du cabinet a dû faire face à de l'opposition lors d'une assemblée d'investiture: le whip conservateur, John Duncan, ancien ministre des Affaires autochtones, dans la nouvelle circonscription de Courtenay-Alberni, en Colombie-Britannique. Mike Lake, secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie et député depuis 2006, a lui aussi rencontré une opposition pour l'investiture dans une nouvelle circonscription à Edmonton.

Ce redécoupage de la carte électorale en vue des prochaines élections fédérales, le 19 octobre, ne donnera pas plus de sièges à la Saskatchewan aux Communes. Par ailleurs, les comtés qui offraient traditionnellement un portrait métissé de populations urbaines et rurales sont cette fois-ci davantage divisés suivant ce critère sociodémographique.

Les conservateurs détiennent présentement 13 des 14 sièges en Saskatchewan. Seul le vétéran libéral Ralph Goodale a résisté au raz-de-marée, mais la lutte dans cette province se fait habituellement plutôt entre conservateurs et néo-démocrates, même si ces derniers, pourtant nés en Saskatchewan dans les années 1960, n'ont réussi à y faire élire aucun député lors du dernier scrutin en mai 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer