Harper est un rempart contre une crise comme en Grèce, dit Poilievre

Stephen Harper est le rempart du Canada contre le spectre de la crise grecque,... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Stephen Harper est le rempart du Canada contre le spectre de la crise grecque, si on en croit un de ses ministres.

Pierre Poilievre a en effet trouvé le moyen, mercredi, de brandir la menace qui plane sur la Grèce, à propos d'un dossier qui semble pourtant loin de ce marasme, soit la formation de la main-d'oeuvre et l'emploi au Canada. Le gouvernement grec tente actuellement de renégocier le paiement de sa dette gigantesque, à la suite d'un reférendum où sa population a refusé les conditions proposées par les créanciers européens.

Le ministre fédéral de l'Emploi et du Développement social a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse mercredi après-midi, au terme d'un forum réunissant tous ses homologues provinciaux et territoriaux du pays, à Québec.

Les ministres étaient réunis pour discuter notamment de l'harmonisation de la formation de la main-d'oeuvre entre les provinces, de la reconnaissance des qualifications acquises à l'étranger et du resserrement du Programme de travailleurs étrangers temporaires (PTET), un dossier litigieux entre Ottawa et Québec, notamment.

Quand des journalistes lui ont demandé comment il allait accélérer le traitement des demandes des entreprises pour recruter des travailleurs spécialisés à l'étranger, M. Poilievre a eu une réponse surprenante, sans lien avec la question, en abordant soudainement le problème grec, tout en vantant les mérites de son chef, qui serait un gage de stabilité.

«Il y a beaucoup de risques dans le monde, on voit en Grèce des risques associés avec un grand endettement, un pays qui fait faillite à cause des déficits énormes et constants pendant des années. Il faut que nous évitions ces risques en gérant de façon responsable nos finances publiques, en gardant le budget fédéral équilibré et en gardant les taxes et impôts bas. C'est la raison pour laquelle le leadership de notre premier ministre nous offre une stabilité dans un monde qui a beaucoup de risques», a-t-il fait valoir.

Pierre Poilievre et Stephen Harper à Ottawa en... (ARCHIVES REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Pierre Poilievre et Stephen Harper à Ottawa en 2013.

ARCHIVES REUTERS

Ce n'est pas la première fois que les conservateurs jouent la carte de l'insécurité en cette année électorale fédérale, mais la crise grecque n'a pas été invitée souvent dans ce débat. Et sur le thème des budgets équilibrés, le gouvernement Harper affiche pourtant des déficits à répétition depuis 2008 et le retour à l'équilibre budgétaire n'est officiellement prévu qu'en 2015-2016.

Par ailleurs, au terme de ce forum des ministres, Ottawa et Québec ont assuré qu'ils étaient maintenant sur la même longueur d'ondes concernant le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), une pomme de discorde depuis plusieurs mois entre les deux ordres de gouvernement.

Depuis son resserrement par le fédéral en 2014 et l'entrée en vigueur des nouvelles mesures en avril dernier, des employeurs québécois se plaignent de ne pouvoir recruter de la main-d'oeuvre qualifiée à l'étranger dans certains domaines, et le gouvernement Couillard s'est fait l'écho de leur insatisfaction en accusant Ottawa d'intransigeance et de fermeture, et en réclamant des assouplissements.

Au côté de M. Poilievre, le ministre québécois de l'Emploi, Sam Hamad, a convenu maintenant que les entreprises devront faire la démonstration par des formalités administratives qu'il est impossible de trouver des travailleurs québécois pour combler les postes vacants, pour ensuite avoir le droit de recruter un étranger.

Le gouvernement Couillard réclamait autrefois du fédéral qu'il tienne compte de la spécificité québécoise dans la mise en oeuvre du programme, mais M. Hamad n'en a plus fait mention.

Enfin, les ministres de l'Emploi de partout au pays ont convenu d'harmoniser davantage la formation de la main-d'oeuvre au cours de ce forum. Afin d'assurer une meilleure mobilité de la main-d'oeuvre, ils ont convenu d'harmoniser une trentaine de métiers d'ici à 2017, comme par exemple les métiers de soudeur, de monteur, de menuisier, etc.

Ils se sont aussi engagés à accélérer la reconnaissance des qualifications professionnelles acquises à l'étranger par les nouveaux arrivants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer