Candidature au Bloc: Sophie Stanké a repris sa réflexion

Sophie Stanké... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Sophie Stanké

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le retour de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois a incité Sophie Stanké à reconsidérer sa décision de ne pas se présenter aux élections fédérales prévues cet automne.

En entrevue avec La Presse Canadienne, mardi, elle a reconnu avoir «envie d'y aller» et être tentée de «dire oui» après avoir «vraiment fermé la porte» à l'idée de briguer une investiture bloquiste, il y a quelques semaines.

«Disons que ma réflexion, en ce moment, est assez positive», a résumé en riant Mme Stanké.

Car l'embellie dans les sondages qu'a entraînée le retour de Gilles Duceppe - l'appui au Bloc a fait un bond de plus de 10 pour cent dans certains sondages d'opinion - permet d'espérer des gains pour la formation indépendantiste, selon elle.

La comédienne et journaliste a vanté les mérites du «duo d'enfer» que forment Gilles Duceppe et celui qui lui a cédé sa place de chef, Mario Beaulieu.

«Mario est un militant incroyable, et avec les idées de Duceppe, je trouve ça très intéressant», a plaidé Mme Stanké, se disant «énormément touchée» de constater que le Canada «ressemble de moins en moins» au Québec.

Mais la décision n'est pas simple à prendre pour celle qui a été battue à deux reprises comme candidate pour le Parti québécois aux élections de 2012 et 2014.

Tiraillée, Sophie Stanké hésite à se présenter en grande partie puisqu'elle craint qu'une nouvelle défaite puisse avoir raison à tout jamais de la carrière politique qu'elle souhaite mener.

«Je suis très consciente que si jamais je disais oui et que je perdais une troisième fois, ce serait foutu pour moi au niveau de la politique et que je ne pourrais plus en faire. Et ça, je ne le souhaite pas», a-t-elle fait valoir.

«Je dois faire attention. Je dois voir si c'est un bon comté, si j'ai des chances d'y arriver», a-t-elle poursuivi.

À l'heure actuelle, le Bloc québécois a officiellement désigné un total de 41 candidats sur les 78 circonscriptions que compte le Québec.

La porte-parole du parti, Julie Groleau, a dit ne pas être au courant de l'intérêt renouvelé de Mme Stanké, mais a affirmé mardi que celle-ci «peut se porter candidate comme toute personne qui répond aux conditions».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer